Un 18 mois en vacances {chroniques du lardon}

Une fois n’étant pas coutume, je vais vous parler de sentiments. Plus particulièrement d’un sentiment, que l’on croit pourtant bien connaître mais que l’on se prend en pleine tronche dès que l’on apprend qu’on va avoir un enfant. Ce sentiment qui nous prend aux tripes et nous serre la gorge à nous, parents. Qui est le compagnon quotidien des mères modernes. Que l’on garde toujours dans un petit coin de sa tête et de son coeur. Qui nous pousse à vouloir en faire toujours plus, et finalement toujours trop.

Non, je ne vais pas te parler d’amour.

Je vais te parler de culpabilité.

Il est 7 heures un dimanche matin et tu les colles devant les dessins animés pour émerger sereinement. Mais on culpabilise.

Il est midi trente et la marmaille s’impatiente, alors tu fais en vitesse un paquet de nouilles. Pour la cinquième fois de la semaine. Et elles sont même pas bio. Tu culpabilises encore.

Il est 18 heures et la naine veut faire un jeu de société, mais le lardon te chouine dans les pattes, tu as une lessive à plier et le repas à préparer. Tu dis « pas maintenant, chérie, je n’ai pas le temps. Fais donc un dessin ». La douche, le repas et le coucher s’enchaînent, et le jeu reste dans sa boîte. Tu te couches à ton tour en repensant à cette partie de petits chevaux que tu n’as pas pris le temps de faire. Et tu t’endors en culpabilisant.

On est début juillet, et cette année tu ne pars pas en vacances. Encore et toujours, la culpabilité est là, cette pétasse. Quoi que tu fasses, tu as l’impression que ce n’est jamais assez, ou jamais assez bien. Parce que tu es maintenant maman et que tu as l’impression que c’est le rôle de ta vie. Parce qu’on t’a répété que « tout se joue avant 6 ans » et qu’une mère doit être parfaite, bienveillante et sacrificielle, en se faisant respecter sans crier et en éduquant sans punir, sous peine de faire de ta merveille un demeuré ou un déséquilibré mentale. Parce que derrière chaque grand psychopathe se cache une mère qui a foiré royalement dans l’enfance. Et que si tu ne lui fais pas un Rainbow Cake pour son anniversaire, ce sera un pas de plus vers la déchéance. Et que si tu ne l’emmènes pas barboter cet été, il va manquer une étape fondamentale à son développement personnel.

042313judgemom

J’ai testé les vacances avec un 18 mois. Et laisse moi te dire une chose : si tu culpabilisais de ne pas emmener ton lardon au vert cet été : tu peux arrêter.

Partons du principe suivant : le lardon de 18 mois est, par définition, un être relou. Un individu qui n’en fait qu’à sa tête partout et en toutes circonstances, et avec lequel il est impossible de raisonner. Un gros bébé qui ne daignera te tenir la main que pour franchir un obstacle un peu scabreux (type trottoir) et refusant désormais de passer plus de 20 minutes dans sa poussette. Le lardon est bipède et il compte bien en profiter.

Afin d’illustrer la relouterie du lardon en vacances, prenons plusieurs exemples :

Le lardon en voiture se montre exécrable. Partant du principe qu’on l’a arnaché dans son siège pendant 6 heure par plaisir sadique, il va te geindre dans les oreilles en essayant en vain de se libérer de son harnais, comme si tu allais tout bonnement lui dire « Tu as raison mon chouchou, nous avons assez roulé. Campons donc sur la bande d’arrêt d’urgence pour la nuit »

Le lardon en visite requiert une attention de tous les instants. Imprévisible, il peut se fondre dans une masse de japonnais ou grimper sur le lit à baldaquins de Marie Antoinette en un claquement de doigts. L’un des deux parents devra donc se sacrifier pour le pister lors des visites de monuments célèbres, jetant un oeil furtif à un tableau ou à une moulure dont l’explication doit certainement être très intéressante. Qu’à cela ne tienne : le lardon a décidé de visiter les cheminées royales.

IMG_6205Cheminée du château de Chambord. L’Homme (de corvée lardonnesque) n’a pas retenu grand chose d’autre.

Etonnament, le lardon sera même capable de rendre des moments censés être agréables pour lui particulièrement pénibles, frustrants et dangereux. J’en veux pour exemple les parcs de jeux, ou les balançoires. Nous nous réjouissions de la présence d’un portique dans notre gîte, pensant que cela pourrait nous apporter quelques instants de sérénité. C’était sans compter sur le lardon qui se bornait à se placer pile dans la trajectoire de la balançoire de sa soeur et qui se retrouvait donc forcément le cul par terre.

IMG_6522

Parlons en, des gadins en tous genres. Le lardon, de par son statut de bipède sus-mentionné, cherchera désormais à tout escalader. Ayant donc désormais une forte propension à se croûter, il choisit toujours pourtant de s’aventurer dans les endroits les plus scabreux possibles. L’un des parents devra donc à nouveau se sacrifier pour le marquer à la culotte et le récupérer en cas de grosse gamelle.

IMG_6614Puy du Fou. Le reste de la famille profitait d’un spectacle sans interruption intempestive pendant que je courais après le lardon dans le jardin potager du parc, la poussette garée en lieu semi-sûr et trimballant sur les épaules tel un âne porteur mon sac à main, le sac à langer*, l’appareil photo et sa housse. Certains visiteurs étaient à deux doigts de me filer du foin.

*Encore une relouterie. Le lardon de 18 mois traîne obligatoirement dans son sillage sa poussette et son sac à langer garni du goûter, d’un change, de couches, de lingettes, de bib d’eau et j’en passe. Chaque sorti est un convoi exceptionnel.

J’ai l’impression que tu es encore sceptique. Je vais donc tenter de finir de te convaincre avec quelques photos supplémentaires pour illustrer davantage la relouterie du lardon.

IMG_6639Piscine. Tu crois lui faire plaisir. Tu te fous le doigt dans l’oeil. Trop d’eau dans la pataugeoire (30 cm), le lardon ne daignera pas tremper sa couche de piscine qui coûte la peau du cul. Bel investissement.

IMG_6593Devinez qui est le relou qui a trouvé comment ouvrir l’enclos des chèvres?

IMG_6443De corvée pistage de lardon qui peut se montrer un peu trop familier avec les bestiaux (du type tirage de queue ou doigts dans les oreilles) ou trouver drôle de s’écraser une petite crotte de chèvre entre les doigts.

Me te méprends pas : j’aime mon lardon plus que tout, même si je me lamente beaucoup. Je suis présentement en vacances à Paris, sans lardon, sans surveillance de chaque instant, sans poussette, sans sac à langer de dix tonnes et sans tututte qui tombe par terre. Ca fait un bien fou.

Mais je suis sans cesse en train de me tâter les poches, persuadée d’avoir oublié quelque chose quelque part. Comme s’il me manquait un truc. Ou plutôt, deux trucs…

(3093)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Did you like this? Share it:

Avant de partir …

14 comments

  1. marine says:

    Pourquoi je sens que niveau culpabilité je vais être une bonne cliente…. Pas encore accouché (c’est pour dans 3 semaines), et déjà sentiment coupable quand je regarde de trop près un bout de fromage non pasteurisé ou une coupette de bulles qui m’appelle, sentiment coupable encore quand je pense que non je n’achète pas l’ensemble en solde en taille 3 mois à 70 euros (en soldes, oui en soldes) parce que si je ne mets pas cette somme pour moi je ne vais pas la claquer pour bibou qui le mettra 3 fois non mais oh….
    Ah maman dinde tu nous vends du rêve là ! 🙂

  2. alameresi says:

    Nan mais c’est tellement ca! Je t’ecris depuis des vacances plumesques et j’en sais quelque chose! Il faudra que je fasse un article sur la relouterie de plumeau en vacances… L’autre jour au restau pere fo m’a dit en regardant un couple de septuagenaires : « Vivement qu’on soit comme eux ». Moi : « Hein t’es sur ». Lui : « Bah oui , ils sirotent leur vin tranquille sans nain de 2 ans a pister sans cesse ». C’est vrai, tout est dit.

  3. Grapinette says:

    Comme je te comprends. J’ai vécu la chose il y a 3 ans (le même caractère, la même rage de te faire transpirer, à croire qu’il me trouvait trop grosse et que faire du sport serait bon pour ma santé) et ma petite dernière me fait les mêmes cette année.
    Je suis contente quand je peux laisser un des grands chez papi ou mamie, avoir du répit avec un seul à la fois mais je regrette toujours de ne pouvoir les supporter tous les 3 en même temps plus de 3h d’affilée sans le voisin (quand il est là ils sont forcément moins à me harceler).
    J’en ai fait mon deuil d’être une mère parfaite, quoi que je fasse ils me le reprocheront à l’âge adulte. Alors faisons au mieux et tant pis si ça n’est pas ce qu’on voulait au final 🙂
    Bonnes vacances

  4. Amanda says:

    Il est 3 h du mat, heure du Canada où nous avons atteri hier, vacances chez les grand-parents obligent. Apres 8heures de vol, la galere pour recuperer les valises, la douaniere qui demande pourquoi on habite en Suisse si on a tous le passeport canadien sur fond de 22 mois qui se roule a terre et qui ne calcule pas la.puce de 6 mois en echarpe sur mon dos tout en se demandant visiblement pourquoi mon 22 mois ne ressemble pas a sa photo passeport de quand il avait 2 mois, puis encore deux heures de voiture avec 22 mois qui hurle a terre ici et son pere qui repond qu’on ne peut pas descendre de la voiture sur l’autoroute, bref merci, a defaut de dormir, je lis ton article puis je vais aller lire Pancakes at midnight a mon grand.

  5. Melanie says:

    tellement vrai !! sauf qu’ici pas de poussette 🙂 juste un porte bébé. Et pour les grosses sorties / visites on met tout dans un sac à dos (affaire à langer, porte feuille, apn, etc). Comme ça celui qui porte pas bambin dans le dos, porte le sac à dos, et quand bambin veut marcher par de poussette pour nous encombrer (et puis comme ça plus de place dans le coffre pour d’autres choses)

  6. lachtite says:

    Et n’oublions pas la puce qui te bassine tout l’ après midi pour aller à la piscine (que tu trouve trop froide) . Tu finis par craquer… après tout c’est les vacances… et une fois le maillot de bain enfile, les brassards gonflés, la douché prise, le papa dans l’eau ( faut pas abuser quand même. ..) met un orteil dans l’eau et dis:
     » je veux pas y aller…. c’est trop froid…. »

  7. Orely says:

    Même lardon relou en visite il y a 15 jours au château de langeais, et c’est Bibi qui a passé toute la viste a monter et descendre les escaliers car c’est bien plus fun que l’histoire d’Anne de bretagne, le même au zoo de Beauval qui décide que le spectacle d’oiseau c’est trop relou et qu’il préfère se balader entres les gradins alors qu’animateur beugle « personne debout » alors que le même lardon s’était extasié un mois avant devant un spectacle de ce genre. la même swimcouche qui ne touche pas l’eau mais qui ne retient pas le pipi non plus donc siège auto inondé… Le même qui hurle sur le trajet et à qui tu racontes 50 fois la même histoire et a qui tu file ta tablette avec l’appli qui faisait meuh. mais j’ai mieux que les vacances sans Gulli, j’ai une maison en travaux avec un minus de 18 mois. #nounouEstMonuneSainte

  8. Marine says:

    Je viens de lire ton article à l’homme pour lui montrer ce qui nous attend l’été prochain. Il a dit: « whoua, elle écrit vachement bien » 😉

  9. Luciole says:

    tu dois rassurer plein de maman qui se demandent s’il n’y a qu’elle qui a des gosses qui l’a font courir partout lol et profiter de rien et que si elle prend un moment pour elle, elle culpabilise…
    t’as quand même un sacré numéro avec ton fils!

  10. Sophia says:

    A peu de choses près, nous avons le même lardon!
    Le mien a 21 mois et commence à s’assagir, les vacances ont été super, mieux que je ne l’imaginais mais… pas mal de trucs relous encore! :

    😀 c’était très drôle!

  11. Cerise says:

    ah ah ah… j’ai LE même….. fois deux !!
    2 ans et 4 ans, chacun suit le sien, attribué au hasard, et pour les explications, on avise avec les plaquettes, pas le choix.
    Ca fait des souvenirs c’est certain…

Laisser un commentaire

Connect with Facebook