Na Na Nèèè.. Reuh! Et autres travers du jeune écolier

Cela fait maintenant 5 mois que le Niminus va à l’école. Elle a eu le temps de bien s’acclimater aux lieux, aux nouveaux copains, aux différents rituels, et a du se résoudre (avec plus ou moins de facilité) à obéir la maîtresse. Elle a appris beaucoup de choses, revient à la maison avec de nouvelles histoires, de nouvelles comptines à nous réciter pour le plus grand bonheur de tous.
Fort bien. Ca serait même parfait si c’était là tout l’impact de sa nouvelle vie d’écolière. Mais voilà, outre les gribouillis quotidiens et éventuellement quelques microbes, le Niminus nous rapporte autre chose de l’école : de bien mauvaises habitudes.

D’une, elle commence à vraiment nous tenir tête, et essaie de justifier chacune de ses bêtises en commençant toutes ses phrases par « oui, mais… » alors qu’elle n’a aucune excuse valable. Elle tente de noyer le poisson, quoi.


– Dépêches toi de ramasser cette étiquette de vache qui rit que tu viens de jeter par terre.
– Oui, mais j’ai mal à mon pied, je veux un pansement.

(- Oui mais là rien à voir le Niminus, ramasse ce bout de papier et va le mettre à la poubelle!)
Quand c’est 20 fois par jour, c’est usant. Surtout qu’elle ne répond pas aux ordres dans la seconde, non, on passe par la case « je te dis non en te regardant bien droit dans les yeux et en fronçant les sourcils », évidemment.

Elle commence aussi à mentir, et de manière bien malhabile :
L’Homme : Qui c’est qui a mis ses doigts pleins de compote sur mon téléphone? C’est toi, le Niminus? (Le Niminus est à table, en train de manger une compote. Il ne faut pas s’appeler Sherlock pour en arriver à cette conclusion)
Le Niminus : Non, c’est pas moi.
L’Homme : Ben c’est qui alors?
Le Niminus, Avec un aplomb de fer : C’est maman.
Une nouvelle chose que tu apprends ici sur moi cher lecteur. Apparemment, je mange de la compote en utilisant mes doigts en guise de cuiller puis éprouve un malin plaisir à aller trifouiller le portable de l’Homme sans même m’essuyer les mains.
Le Niminus a été expédiée au coin par son père, qui se lamenta un instant plus tard : « le vice commence à entrer en elle! ». Le vice peut-être, mais la subtilité pas encore, va.

Comme tu le vois, elle commence donc à nous tenir tête et à nous mentir. Elle dit aussi des choses fort sympathiques comme  « toi t’es pas beau » à qui veut l’entendre, genre à l’oncle de l’Homme venu rencontrer le petit lardon. Autant te dire qu’on a adoré, ça donne l’image d’une enfant vraiment très bien élevée. Mais figure-toi que ce n’est pas encore là l’habitude la plus usante adoptée par le Niminus, eh non.
Ce qui m’épuise, moi, à longueur de journée, c’est le Na Na Nè – REUH!
Oui, parce que chez nous, c’est « na na nè- REUH! »  du matin au soir. Toutes les occasions sont bonnes pour nananèr-er, avec le Niminus.

Lever : Je me suis habillée avant toi maman, na na nè- REUH!
Petit dej : J’ai fini mon jus avant toi papa, na na nè- REUH!

Et le Na Na Nè-REUH ne vient pas seul. Il est chanté, clamé haut et fort et a même sa propre danse, crois moi ou non. Les bras en l’air, poings serrés, on tape des pieds en tournant sur soi même et on entonne le cri de guerre du Na Na Nè-REUH.

Et le Niminus cherche la moindre occasion du Na Na Nè-REUH. Par exemple quand l’un de nous deux monte les escaliers, elle s’empresse de nous courir après quitte à nous foutre en bas, nous double en gravissant les marches tel un chien fou, sollicitant ses pieds ET ses mains pour aller plus vite, et une fois arrivée sur le pallier se retourne, nous regarde depuis son piédestal et nous lance d’un ton triomphant :
J’ai gagnééééé-EUH! J’ai gagnééééé-EUH! Na na nè- REUH! Na na nè- REUH!

Et crois moi, les escaliers on ne les monte pas qu’une fois par jour. On est au bout du rouleau. Mais l’autre jour, j’ai eu ma vilaine petite vengeance. Il se trouve que, comme pour témoigner ce jour là de mon bordélisme légendaire, la mallette en plastique du tire lait jonchait le sol, grande ouverte, juste au dessus des escaliers. Le Niminus les a gravis sans souci, puis a commencé comme à son habitude les premiers pas de sa danse du Na Na Nè-REUH. Mais perdue dans ses tourbillons frénétiques, elle s’est retrouvée le cul le premier dans la mallette.

Je crois que quand on côtoie des enfants 24h/24, on a tendance à se mettre à leur niveau. Car à cet instant là, toute la crispation accumulée par des jours de Na Na Nè-REUH s’est échappée de moi. J’ai ris à gorge déployée en voyant son regard perdu et lui ai lancé à mon tour : c’est bien fait-EUH, Na Na Nè-REUH!

 

Et chez toi, de vilaines petites manies ont fait leur apparition, courtesy of la scolarisation?

(2735)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Did you like this? Share it:

Avant de partir …

11 comments

  1. Salenain says:

    Hihiii j’ai ris mais ris!! C’est tout à fait ça! Sauf que c’est pas la mini salenaine…mais l’ainée….Elle a 5 ans et c’est usant! On entend toute la journée…. Adeyna (la copine de la grande mini salenaine….) a fait ci et elle est plus ma copine…. et si elle fait ci ou là… elle est plus ma copine….Ne nous parle plus correctement… nous répond en faisant « rhoooooo » ment aussi…Je n’ai pas droit (fort heureusement au nana nèreuhhh)

    Bon courage…. je m’attends à ce que l’année prochaine mini salenaine petite nous le sorte…

  2. Aurore says:

    Aahahahaha, laisse moi rire avant de te raconter les bonnes habitudes apprises à l’école par mon lardon. Comme j’imagine la scène d’Elfie à terre et de ta petite vengenance personnelle

    Ici, l’école a également apporté son lot de « t’es pas beau », « t’es nul », mais aussi « crotte » (et ça à tout bout de champ)…Paraît même que la maîtresse dirait « crotte de bique alors » (et là soit la maîtresse pourrait maîtriser son langange, soit effectivement nous faisons l’expérience du mensonge, et ici ce n’est pas le seul exemple, même si ça me revient pas tout de suite).
    Et aussi, en jetant le doudou à la tête de son petit frère et en lui sortant : « tiens, bouffe » (mais ça je suspecte que ce soit chez nounou que ça a été appris)

  3. cissoune says:

    C’est assez sadique de se délecter du fait de ne pas être seule dans cette galère, nan?! Camille adorerait passé une journée avec le Niminus parce que son côté c’est aussi NA NA NERE a longueur de journée : j’ai fini mon yaourt avant na na nère ect … déclinable à l’infini !! Mais l’école a aussi apporté des : je t’ai dis non!!, T’es plus ma maman ou selon les cas, vous êtes plus mes parents!! Je t’avoue même penser parfois quand je suis à bout, si seulement … Mais le truc qui m’irrite plus que tout c’est la façon de m’interpeller toute la journée : Hé maman! Ce Hé avant chaque nom il m’horripile à point. GRR les joies de l’école. Heureusement qu’il me dit encore 10 fois par jour : Maman je t’aime, pour faire passer le tout (oui je sais ça c’est de la manipulation 🙂 ) Courage Copine, on a pas finit

  4. Sandra SB says:

    Ah oui Le « na na nère » …. Je Le deteste !
    Et aussi moultes autres trucs CRISPANTS !
    Comme un truc qu »un de ses copains fait  » Maman cest interdit « comme ca » et il met ses doigts en croix devant lui  » –‘ je suis toujours aussi exasperée par cette expression …
    Et LA sale manie : depuis l’ecole c’est devenu un pro de la délation et je déteste !

    Grrr sales lardons !

  5. vivi says:

    Excellent, j’adore c’est tellement vrai !!!!!On a eu cette période aussi mais en ce moment c’est le mensonge, tellement gros qu’il en est risible parfois et elle y ajoute les yeux levés vers le ciel et bien entendu le fameux « oui mais je t’assure vraiment que c’est vrai… »

  6. Séverine says:

    Je rigole bien en vous lisant!
    Maman Dinde: j’aurais eu le même final! C’est si bon! Lol!
    Son ptit mot du moment a chaque début de phrase, mais qui ne m’agace pas encore…  » Maman, tu sais, …. »

  7. Etincelle says:

    Ma Nana n’a pas encore l’âge d’aller à l’école. Mais je me souviens de mon ti frère qui ne pouvait s’empêcher de répéter : « laqué ! laqué ! laqué ! laqué ! » (qui était en fait, un « claqué ! » du genre « ferme la, c’est moi qui ai raison). Juste insupportable…

Laisser un commentaire

Connect with Facebook