L’Homme en vrac

Vendredi, 16h30. Je suis à la maison avec le Niminus, on s’interroge sur quelle pâtisserie concocter pour bien fêter le weekend quand le téléphone sonne.

« Oui, c’est moi. Je suis chez la nounou. Je suis tombé sur la glace et j’ai mal à la cheville. Je crois que je ne vais pas pouvoir conduire »

Le Niminus et moi enfilons bottes, manteaux, écharpes et bonnets, puis nous mettons en chemin. Arrivées chez la nounou, je découvre mon pauvre Homme blanc comme un luc, ainsi qu’un lardon survolté lui tournant autour comme une abeille furieuse. Je le soutiens jusqu’à la voiture, y attache le Niminus et le lardon qui fait le pont. Je dépose l’Homme chez le médecin et rentre ma marmaille hurlante et morveuse temporairement à la maison.

18h : chemin inverse. J’enfile bottes, manteaux, écharpes et bonnets aux lardons, charge tout ce monde geignard dans la voiture et vais chercher l’Homme.« C’est certainement une entorse, mais il faut aller faire une radio demain ». Je m’arrête à la pharmacie lui chercher des béquilles. On rentre et j’enlève bottes, écharpes, manteaux et bonnets à trois personnes au lieu de deux.

Le lardon saute sur son père allongé sur le canapé, le Niminus insiste pour toucher son pied « tout doucement ».  La cheville de l’Homme a doublé de volume. Je vais chercher de la neige pour lui faire une poche de glace. Les lardons veulent toucher la neige et essayer l’atèle. Tous deux se battent pour jouer avec les béquilles et les sèment dans toute la maison. Mais la personne que j’aurai le plus de mal à mettre au lit ce soir là, c’est le père.

Samedi, 8h50. Départ pour le cabinet de radiologie. J’enfile bottes, manteaux, écharpes et bonnets à tout le monde, je les attache dans la voiture. Nous déposons l’Homme au cabinet à 9h30 et allons tuer le temps au Leclerc. 9h30 un samedi matin par -7°, il n’y a pas grand monde. Ca tombe bien, le lardon hurle dans les rayons car il est excédé de devoir rester dans le caddie, et le Niminus boude car je lui refuse des Mikados (et des nouvelles bottes, un carnet d’autocollants, de l’Oasis et des chips). Le lardon veut vraiment descendre du caddie. Il me mord. Le Niminus commence à chouiner.

Ayant fait trainer les courses autant que possible, nous retournons enfin chercher l’Homme à 11h. Je colle une compote à boire dans les becs de mes gosses pour avoir 30 secondes de silence. Et le verdict tombe. Les deux malléoles sont pétées, il faut retourner chez le médecin. Puis aller plâtrer. Puis garder ce plâtre pendant six semaines.

10895368_803546506385989_1208651755_n

14h, l’Homme part aux urgences. La maison est dégueulasse et le bordel règne en maître sur absolument toutes les surfaces. Je n’ai pas encore eu le temps de me laver les cheveux. Le lardon a chié sur le fauteuil de sa chambre.

Je mets le lardon au bain, puis à la sieste, lance une lessive, sors les poubelles. Puis je me plante au milieu de la pièce et contemple le lave vaisselle non vidé, la poussière sous la télé, le yaourt étalé sur la table et les coquillettes écrasées en dessous.

Six semaines.

Six semaines d’immobilisation, de béquilles, de pyjama, d’injections, de canapé et de pied en l’air pour lui.

Six semaines de taxi à lardons, de ménage, de lessives, de bains, de torchage de Niminus et de débordements de couches en solo pour moi.

Quand je vous disais, que j’avais besoin de chocolat…

(2671)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Did you like this? Share it:

Avant de partir …

6 comments

  1. alameresi says:

    Je ne peux que compatir (pour vous 2 hein !). Est-ce que j’ai le droit de te dire que 6 semaines c’est dans le meilleur des cas, comptes en 2 de plus pour qu’il retrouve sa mobilité. Je sais, je suis cruelle…
    Et sinon, pendant mon épisode jambe cassée, on avait bénéficié d’heures d’aide-ménagère et de quelques trajets en taxi pour emmener Plume à l’école (grâce à ma mutuelle, tu peux te renseigner, ça aide un peu…)..

  2. Djahann says:

    Je plains Monsieur, qui doit souffrir et c’est pas drôle d’être immobilisé.
    Mais bon sang que je te plains toi, de devoir gérer tes 3 gosses toute seule (oui oui, on est d’accord, un homme souffrant vau pour un marmot !)
    Tu mérites largement chocolat, mikado et nutella !

  3. la Cigale ou la Fourmi says:

    Ma belle, ce n’est pas drôle, mais en même temps, il y a tant d’ironie dans ton texte que je n’ai cessé de rire en le lisant.( Le lardon qui mord, la description de la maison, le bruit, la petite qui boude parce que tu ne lui as pas acheté toutes les conneries désirées…)
    Rire jaune aussi, parce que je connais ce sentiment d’être débordée par les gosses et le bordel.
    Et la photo est aussi excellente.
    courage mamaounette, COURAGE!!

Laisser un commentaire

Connect with Facebook