Le premier mois : comment ne pas baisser les bras {allaitement, encore et toujours}

Bébé est bien au chaud arnaché dans son cosy, que l’Homme s’est entraîné à fixer dans la voiture, et vous voilà en route vers votre nouvelle vie à trois. Juste tous les trois. Plus de bouton jaune pour appeler une auxiliaire qui viendra vérifier la mise au sein. Plus de bouton rouge pour que la sage femme vienne te dire le contraire de ce que t’aura conseillé cette dernière. Juste vous trois.

Maintenant, c’est à toi d’assurer, et toute cette responsabilité te fera peut-être un peu flipper au début. Merde il pleure, mais pourquoi il pleure? Il veut téter? Non? Peut-être qu’il a froid? Qu’il n’est pas bien dans son lit? Qu’il a mal au ventre? Et si c’était les fameuses coliques?

La mienne nous a fait le coup de hurler non stop toute la soirée à notre retour de la maternité. On a passé des heures à la retourner dans tous les sens, sur le ventre, sur le dos, à la masser, la poser sur notre épaule en sautillant. Avec le recul, je comprends son exaspération à cette pauvre gamine qui n’avait ni faim ni mal, mais qui était certainement juste un peu chamboulée de se retrouver dans un environnement nouveau et à qui on ne foutait pas la paix.

Et toi, tu vas certainement faire comme nous l’avons toutes fait avant toi : ne pas savoir comment interpréter les pleurs de ton enfant, et douter de la quantité / qualité de ton lait.

Une nouvelle étude vient de paraître (article intéressant ici), et nous propose les statistiques suivantes :
« Plus de deux tiers des nourrissons (69 %) sont allaités à la maternité (60 % de façon exclusive, et 9 % en association avec des formules lactées), mais ils ne sont plus que la moitié (54 %) à être allaités un mois plus tard, dont seulement 35 % de façon exclusive »
En gros, ça veut dire que pendant ce premier mois d’allaitement, la moitié des femmes abandonnent totalement, ou en partie, et cela souvent malgré elles. Voici les raisons qui me viennent à l’esprit pour expliquer cela :

Maman stresse!

Pour allaiter, il est primordial de te faire confiance et d’être zen. Ton bébé ne sera plus pesé tous les jours et ton nichon n’étant pas gradué, il t’est impossible de savoir avec exactitude la quantité de lait prise.

L’ennemi de l’allaitement, c’est la balance. Hors de question de louer un pèse bébé! Pour t’assurer que ton bébé mange à sa faim, fie toi à ses couches : si elles sont bien lourdes de pisse 5 à 6 fois par jour, il reçoit ce qu’il faut. Il faut donc chercher une autre réponse à ses pleurs.

Par contre, rien ne t’empêche d’aller à la PMI toutes les semaines pour le faire peser et ainsi te rassurer de sa prise de poids, en général il y a dans toutes les PMI un après-midi dédié à la pesée des bébés, et tu y rencontreras en plus une puéricultrice qui pourra te conseiller si tu as des questions.

Et autre précision : les courbes de croissance du carnet de santé ne sont pas adaptées aux bébés allaités, pour qui la prise de poids est souvent moins rapide que pour les bébés au bib (tu peux trouver les courbes de l’Organisation Mondiale de la Santé ici)

Bébé est un glouton

Et maman pense qu’avec un bib, il sera « calé » plus longtemps, et donc qu’elle dormira plus longtemps. Exemple : ma soeur laisse tomber l’allaitement au bout de 2 semaines car bébé au sein toutes les 2 heures. Mon neveu a 1 an et réclame toujours 2 bibs par nuit. Alors bébé fera peut-être de plus longues plages horaires comme le lait maternisé se digère plus lentement, mais il aura toujours aussi faim.

Bébé a un petit souci, et maman met ça sur le compte de l’allaitement

Cela peut-être un reflux qui lui fait mal, et maman se dit qu’il pleure parce qu’il a encore faim. Paradoxalement, le bébé demandera le sein pensant se soulager, et le recrachera voyant que ça n’arrange pas les choses, ce qui finira de faire douter sa mère… Il y a aussi le REF (réflexe d’éjection fort) et bébé sera exaspéré par la trop grande quantité de lait qui lui arrive d’un coup au fond du bec. Il y a pas mal de petits soucis du genre qui peuvent survenir au début, rien de grave, mais ils te feront peut-être mettre en cause ton allaitement. Il est important de se faire conseiller dans ces moments de doute, et c’est pour ça que je t’ai suggéré de garder dans un coin le numéro d’une sage-femme ou d’une conseillère!

Et l’info number ONE que beaucoup de maman ignorent car personne ne nous le dit… Pendant ce premier mois, bébé va faire DEUX PICS DE CROISSANCE!

Et c’est à mon avis ça qui fait foirer de nombreux allaitement, tout simplement car on n’a jamais entendu parler de ça…

Qu’est ce qu’un pic de croissance?

Un beau matin (ou nuit, au choix), ton bébé va se réveiller super grognon. Il va chouiner non stop, dormir très peu, réclamer le sein sans cesse et avec agitation, parfois toutes les heures. Et là tu vas te dire « mais il crève de faim, ça y est je n’ai plus de lait, vite Gallia, à moi! ». Et c’est bien normal, si personne ne te dit « il fait une poussée de croissance ».

Le pic de croissance arrive à un stade où les besoins de ton bébé évoluent. Comme le bébé au bib (qui fera aussi son pic, t’en fais pas) passe de 90ml à 120 puis 150, le tien aussi a besoin de plus de lait. Pendant 24 à 48 heures dans la plupart des cas, il va vouloir téter tout le temps pour stimuler tes seins, pour que ta lactation se mette à la hauteur des exigences de sa majesté le nabot. Elle est pas bien faite, la nature? Ton cerveau va enregistrer l’info « bébé a besoin de plus de lait », et automatiquement, tes seins vont faire la mise à jour et adapter l’offre à la demande. Tu comprends donc bien que lui donner un bib à ce moment là ne servirait à rien du tout, puisqu’au contraire il faut faire téter bébé le plus possible pour que ta nouvelle montée de lait se fasse. Et crois moi qu’une fois que tu sais pourquoi ton bébé agit de la sorte, tu y fais face avec beaucoup plus de zénitude!

Quand ont lieu les pics de croissance?

Avec quelques jours d’écart et pour la majorité des bébés, les pics ont lieu autour de ces âges :

7 à 10 jours (BAM, premier coup dur du 1er mois)

3 semaines (re-BAM)

Puis 6 semaines, 3 mois et 6 mois.

Si tu veux en lire plus au sujet de ces pics de croissance, tu peux aller voir ici.

Ce n’est donc pas si fréquent que ça (même s’il peut y avoir des originaux qui feront d’autres pics à d’autres moments), mais deux de ces poussées de croissance arrivent pendant le premier mois, quand on n’a pas encore vraiment pris ses marques, et contraignent de nombreuses femmes mal informées à arrêter leur allaitement pensant que ça y est, elles ne sont plus capables de nourrir leur enfant.

Beaucoup de facteurs peuvent donc rendre le retour à la maison d’une maman allaitante difficile. Et tu sais ce qu’on peut ajouter à ça? L’entourage.

Il y a déjà le papa, qui lui ne lit pas mon blog. A toi de l’avertir sur tous ces points pour qu’il comprenne lui aussi ce qu’est en train de vivre ton bébé, et que pleurer ne veut pas toujours dire « avoir faim ». Le soutien du papa est primordial à un bon allaitement, et si tu es crevée, suggère lui d’emmener son héritier en poussette ne serait-ce qu’une heure, pour te reposer (si bébé se met à chouiner, le papa désemparé va te le recoller au sein, donc ta sieste dans ce cas là tu peux te la mettre derrière l’oreille. Il vaut donc mieux les envoyer faire un tour). Il peut aussi être en charge du bain, des couches. Toi tu fais déjà un sacré boulot avec l’allaitement, donc un peu de soutien de sa part te libèrera de précieuses minutes et te fera le plus grand bien au moral.

Et ensuite, il y a les autres. Ceux qui jugent sans savoir, qui comparent avec le bébé de la voisine, qui te soutiennent tout et n’importe quoi. Ce bébé, c’est toi sa mère et c’est toi qui sait ce qu’il y a de mieux pour lui. Tu le connais, tu sais ce dont il a besoin et pourquoi il pleure, pas eux. Donc les « il a froid, non il a faim, tu es sûre que tu as assez de lait? Et il ne fait pas encore ses nuits? », tu ignores poliment (ou moins, selon ton tempérament. Tu peux aussi leur dire de la fermer). La maman, c’est TOI.

Allez, pour finir sur une petite touche d’humour, les phrases cultes de ma grand mère de 83 ans (fabuleuse mamie, cependant), qui me donnait les conseils qu’elle avait reçus dans les années 50 :

« Non mais tu veux me cacher ce décolleté, tu vas attraper la mort! Nous quand on nourrissait on devait mettre une serviette éponge en dessous du corsage pour garder les seins au chaud » (hey sexy lady)

« Nous, dès qu’il était né, les tétées c’était 3h – 6h – midi – 15h – 18h – 21h – minuit, sinon on laissait pleurer » (tous les nourrissons de France tétant à la même heure, si c’est pas mignon!)

« S’il pleurait trop, on leur donnait un morceau de sucre imbibé de vin rouge dans une tétine de biberon, ça les occupait un moment » (ah ben tu m’étonnes)

« Comment ça, on vous dit plus de vous désinfecter les seins à l’alcool? » (En voilà une idée qu’elle est bonne, mes crevasses s’en réjouissent!)

« Moi tu sais je n’avais pas de fric, j’étais donc bien obligée d’allaiter, mais toi, pourquoi tu t’emmerdes? » (C’est vrai ça, pourquoi on s’emmerde?)

(14245)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Did you like this? Share it:

Avant de partir …

18 comments

  1. Alexia says:

    Mouahahahahahahahahahahahahahaha je kiffe ta grand’mère !!!!! WTF ?? un sucre imbibé dans du vin rouge ?? Remarque, des amis de mes parents ont adopté en Haïti et là-bas à l’orphelinat, ils leur mettaient un peu de rhum dans le bib le soir…

    • Maman Dinde says:

      En France aussi à l’époque de nos grands parents ils donnaient un peu de vin aux bébés pour les aider à dormir… Mon grand-père me l’a conseillé pour ma fille (qui dormait super bien cela dit!)

  2. AmélieEpicétout says:

    Encore merci pour tes supers articles, bien rédigés et plein de détails super utiles (qu’on aurait toutes aimé avoir)et qui ont du te demander pas mal de boulot. Bravo!
    Et ta super mamie, j’la kiffe!

    • Maman Dinde says:

      Contente que tu aimes, je passe un certain temps à les écrire donc cool si ça sert (là je commence à faire une overdose de nichon lol!)

  3. Gwen says:

    Ahahah ton article m’a bien fait rire (surtout la fin ;)). Perso j’ai eu des crevasses à la maternité, mais la pommade miracle a fait effet très rapidement!
    Je crois que le premier mois, j’ai passé mon temps au téléphone avec la leche league (une fois même pendant 40min!) ou sur le net pour chercher réponses à toutes mes questions…

    Et niveau casse-pieds de l’entourage, c’est ma belle-mère qui a la palme!! Dimanche passé, ma puce était de mauvaise humeur quand on est allé chez mes beaux-parents (première fois en deux mois que ça lui arrivait… hasard ou joïncidence…), du coup elle ne voulait être que dans mes bras. C’était bizarre parce que d’habitude elle passe de bras en bras sans broncher. Du coup on a eu droit à notre lot de remarques. Mon homme a fini par lui dire « tu sais, on vit avec elle 24h/24h, c’est nous ses parents, on sait ce qui est bon pour elle » (j’étais fièèèère! surtout que ce n’est pas son genre d’être aussi cash avec sa môman).
    Et de nouveau au téléphone cette semaine, elle a réussi à nous dire que notre fille dormait trop!
    Du coup, mon homme lui a apporté un carnet écrit par un des pédiatres de notre maternité dans lequel il insiste sur les trois besoins essentiels du bébé : manger, dormir et être porté (oui parce qu’on la porte trop aussi, la petite!).
    Il a d’ailleurs écrit une chouette phrase : « adulte on ne souffre jamais de ce qu’on a reçu, mais de ce qui nous a manqué ». Et toc! 😛

    • Maman Dinde says:

      Les bébés aussi ont leur caractère et ont le droit d’être énervés. Je pense que pour que ça se passe bien entre les générations, il faut que les grands parents acceptent les méthodes des parents. Comme tu le dis, notre bébé on le connait au bout d’un moment, on sait ce qu’il aime ou pas, on sait pourquoi il pleure et quand il n’a pas envie d’être porté par tout le monde! Moi j’ai eu bcp de chance avec ma belle famille, donc pas d’article sarcastique à venir à ce niveau là!

      • Herault Agnes says:

        Coucou, je commençais à désespérer quand j’ai lu ton article. Mon petit ange de quasiment 1 mois est au seins en ce moment il tétouille depuis une demi heure le sein gauche et tout ça depuis 5h ce matin ( il est 16h20) dure journée et je comprends enfin que ce petit ange n’est pas toujours un cadeau et qu’il fait une jolie petit poussée de croissance 🙂 je sais bien que mon lait est bon car il a pris 1 kg depuis la sortie de la maternité 😀 heh ouais le lait de maman il est trop trop bon 😉 merci beaucoup pour cet article trop cool et réconfortant pour une jeune maman qui allaité !!!! Gros bisouxx

    • Raphsel95 says:

      j’aime beaucoup la fin de ton message.
      je suis auxiliaire et ma mère aussi; et un jour j’ai bossé en remplacement avec elle dans son service de maternité !!! on a fait le tour du soir ensemble et là des jeunes parents nous demandent « on a droit de lui faire des calins tout le temps??? » et là ma mère leur dit en me prenant dans ses bras: « vous voyez celle-là, des années que je lui fait des calins et elle a plutôt bien réussi !!! » les parents étaient ravis !!! et moi aussi <3 <3 <3

  4. Pauline says:

    J’adore les Mamies, mais plus particulièrement la tienne!!!! J’ai su récemment par la mienne qu’elle restait alitée 15 jours pour chaque enfant!! Et pour ma mère, ma sœur avait 2 jours quand elle a repris le boulot!!! La famille n’est pas toujours de bons conseils, et surtout pour l’allaitement. Je crois qu’il faut vraiment se faire confiance. Après, C’est vrai que les pics de croissance sont plus facile à « passer » quand on sait ce qui nous arrive!!!

    • Maman Dinde says:

      Je trouve que c’est super intéressant de demander aux mamies / mamans comment elles faisaient à leur époque. J’ai appris par exemple que dans les années 80 le soir c’était tout le monde en pouponnière et qu’ils passaient dans les chambres avec un gros chariot pour ramasser tous les bébés en les empilant les uns sur les autres! Je suis donc de la génération des bébés empilés!

  5. olive says:

    Salut! J’ai commencé à lire ton blog, mon amie est enceinte et je compte avoir un bébé bientôt, je sais, je ne suis pas une mère, mais tu écris trop bien et j’adore être renseignée sur ces choses. Je trouve que tu renseigne mieux, de manière plus directe, plus drôle que la majorité des livres sur la maternité. Tes conseils sont précieux, je les notes bien et la fin était juste hilarante!!!

  6. bebe2b says:

    Coucou merci pour cet article tres interessant a mes yeux j attends bb4 prevu pour fevrier 2013 et l envie de l allaiter est tres presente
    mais 3 precedente grossesse je ne voulais pas allaiter donc la question ne s’est pas posé mais la j ai la tete pleine de question avec tout ce que je lis sur l allaitement ca fait peur !!!
    en plus je vais avoir une 4eme cesarienne et ca aussi je me demande si je pourrais allaiter bb comme il faut !!

  7. Amélie says:

    Je suis en plein dans le 1er mois d’allaitement… et il y a des jours, que dis-je, des moments tous les jours où je suis au bord de la crise!!!
    Alors merci pour cet article qui est plein d’humour et tout à la fois instructif!

  8. HEBRARD says:

    Je me suis bien marrée en lisant cet article! Que des vérités!!!! MERCI
    Je préciserais également que souvent, ‘ces conseils » viennent de personnes qui n’ont jamais allaité!!!
    L’allaitement, ce n’est pas toujours facile, ni une évidence, il faut vraiment se faire conseiller par des spécialistes en allaitement!

  9. Damita says:

    Merci pour cet article !
    J’arrive au terme de ma grossesse dans quelques jours.
    Malgré les cours de prépa à laccouchement (et à l’allaitement) donnés par une SF libérale au top, j’ai appris beaucoup de choses dans votre article… Notamment le pic de croissance.
    Je garde votre post en favori et le relirai au moment venu ! Merci encore

Laisser un commentaire

Connect with Facebook