Le courroux de la femme enceinte { un article aux hormones }

Quand on dit « hormones de grossesse », on pense tout de suite aux symptômes classiques, comme les nausées ou les envies de fraises (ou de Vache Qui Rit, pour certaines). Mais il y en a d’autres, plus ou moins saugrenus et méconnus comme l’irritabilité de la femme enceinte, dont j’ai encore fait la joyeuse expérience hier. Les livres te la décrivent ainsi.

La survenue d’une irritabilité anormale accompagnée d’une grande émotivité sont les manifestations ressenties fréquemment par des femmes au début de leur grossesse.

Irritabilité… mon oeil ouais. Irritabilité, ce serait un petit soupir, un regard de travers. Chez moi, on pourrait plutôt parler de courroux. Et je ne suis pas une personne facilement courroucée en temps normal mais là je te jure que si j’étais dans un dessin animé, je me transformerais en bête aux yeux rouges et des cornes me pousseraient sur la tête.

Mettons nous en situation. Hier, nous étions invités à un mariage. En bonne dinde, je passe 2h à me préparer (maquillage et coiffure inclus) et à préparer ma future dinde de Niminus et comme de bien entendu, l’Homme nous somme de nous hâter, l’oeil rivé sur la pendule. Avant de quitter la maison, je lui demande de mettre mes sandales dans la voiture (que celle qui ne s’est jamais perchée sur des échasses de torture de 12cm pour un mariage pour les virer dès le début du vin d’honneur me jette la première pierre), puis nous nous mettons en route.

Chemin faisant, au détour d’une conversation ma foi tout à fait banale mais plaisante avec l’Homme, je m’assure qu’il a bien pensé à la petite mission que je lui ai confiée. Et là… je le vois nier : les sandales étaient restées à la maison.

Une femme normale l’aurait engueulé quelques secondes. Une femme chiante se serait lamentée un peu plus longtemps, ou aurait éventuellement boudé. Mais ces réactions crois-moi ne sont en aucun cas comparables à l’état dans lequel je me suis mise à cet instant.

Quand j’ai réalisé ce qu’il était en train de me dire j’ai tout d’abord senti l’émotion me monter au visage sous forme de petits picotements dans le nez, puis dans les yeux. A croire que l’expression « avoir la moutarde qui monte au nez » n’est pas si imagée. Ma poitrine s’est serrée, tout comme ma gorgee, et un début d’hyperventilation est apparu.  J’ai senti mon pouls  taper dans mes tempes. J’ai vu mes doigts se crisper, mes poings se fermer. Tout cela, en l’espace de quelques secondes. La bête était sur le point de faire son apparition.

Je le jure, cette furie n’existait pas avant le début de cette grossesse. Même pour ma première, elle n’avait jamais fait son apparition. Mais là, je savais à quoi m’attendre. Parce qu’il y a quelques semaines, je me suis mise dans un état similaire parce que j’avais passé une mauvaise nuit. J’étais alors tellement tendue et luisante de larmes que l’Homme dans sa grande générosité m’a proposé de lui en mettre une pour me calmer. Ce que j’ai fait. De toutes mes forces.  Effectivement, ça a aidé à faire retomber la pression…

Cette fois, je savais que cette colère soudaine n’était qu’un mauvais tour de mes hormones, qu’il n’avait pas fait exprès d’oublier mes sandales et que même si c’était chiant, je pourrais toujours danser pieds nus. Mais mes hormones ces pouffiasses me criaient « C’est vraiment la pire des pourritures d’avoir oublié ta paire de godasses, il ne pouvait vraiment pas tomber plus bas t’es mariée à un moins que rien ma pauvre fille, tu vas passer le mariage le cul vissé sur une chaise à cause de ce salopard, il en a rien à foutre que tu sois enceinte ou pas cet égoïste il mérite de dormir dans la baignoire jusqu’à la fin de ses jours! ». Un peu excessif, n’est ce pas?

J’ai relevé le défi de ne pas laisser éclater cette colère, chose qui est plus facile à dire qu’à faire quand on a la lèvre tremblante et les larmes qui ne demandent qu’à rouler. Pendant près de 15 minutes je me suis répétée en boucle les phrases « c’est pas grave », « il ne l’a pas fait exprès » et « si tu pleures tu vas ruiner ton maquillage ». Je peux honnêtement dire qu’une heure après j’étais calmée, et que trois bonnes heures après je lui avais pardonné. Le pauvre homme s’est fait envoyer balader une bonne partie de l’après-midi (mais au moins je n’ai pas fait atteinte à son intégrité physique cette fois-ci)

Et voilà en exclu pour les nullipares encore un petit exemple de ce que la grossesse peut te faire faire, dire ou penser.  Je te rassure, par la suite on arrive à en rire, finalement. Mais que ce soit une leçon pour tous : ne JAMAIS contrarier une femme enceinte!

PS : Et les mamans, rassurez moi… vous avez aussi fait l’expérience de ce courroux pendant vos grossesses?

(13003)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Did you like this? Share it:

Avant de partir …

20 comments

  1. baisse ta culotte says:

    ouuuuuuuuuuuuuuf! je me sens moins seule
    je lui ai déjà hurlé dessus à la limite de la demande de divorce car il avait acheté des cornichons tout court au lieu de cornichons aigre doux
    une vraie furie…

  2. Awen says:

    Bon, je me sens moins seule. Première grossesse et grosse colère pour rien. J’ai failli dégommer une nana parce qu’elle n’allait pas assez vite à la caisse d’un supermarché pour ranger ses courses.
    Sinon, mon homme ne comprend pas et me menace de me quitter. Il me trouve tellement chiante qu’il en est aux menaces. Mais ça ne me fait ni chaud ni froid.
    Bref merci les hormones. J’ai peur de l’après… avec la chute de ces hormones… ça va donner !!

    • Maman Dinde says:

      Fais lui lire cet article et les commentaires, il verra que ce n’est qu’un mauvais moment à passer et que certaines sont encore pire que toi!

  3. Juliejoup says:

    Hooooo que mon chéri devra lire cet article ce soir! Je n’avais pas eu ce symptômes pour bebe 1, mais j’en suis à 6 semaine pour bébé 2 et je suis atterrée moi-même par cette IRRITABILITEE EXTREME! Le pire, ce n’est pas simplement un petite crise par semaine, non non!, on parle d’une crise par journée minimum! Que personne ne s’avise de cacher mon tube de dentifrice ou de me faire un tour du genre sous peine de représailles! Mais où est passée notre patience?!?! 🙂

  4. minutedefille says:

    Je vis exactement la même chose actuellement ! C’est vraiment dingue ! Le seul avantage de la 2ème grossesse par rapport à la 1ère, c’est qu’on arrive à comprendre ce qui nous arrive au moment où ça arrive… même si ça n’empêche pas les crises pour autant ! :o)
    Courage à toutes !

  5. Aeterna says:

    C’est ce qui m’arrive en ce moment,
    de la colère pour « rien », et j’ai à peine fini le premier trimestre !
    Pourtant pour ma première grossesse, j’étais assez cool !
    La fatigue doit certainement jouer !

  6. sarouchkaia says:

    Ouf! Ça fait du bien! Première grossesse toute facile à part quelques crises de larmes, mais là, pour la deuxième, quelle colère! L’image de la bête féroce cornue aux yeux rouges m’a fait éclater de rire! Merci! Dites moi, comme cet article date un peu, rassurez moi… ça n’a pas perduré après le premier trimestre j’espère?

  7. Salutlesfilles says:

    Salut à toutes,

    C’est en cherchant des infos sur Internet, pour en savoir plus sur ce qu’il se passe, si c’était normal – à ce point là – que je suis tombé sur cet article.

    Ma copine est enceinte depuis 4 mois et demi, c’est le premier pour nous, nous n’en avions pas vraiment parlé, c’est juste « arrivé comme ça ». Depuis qu’elle sans doutait puis quand elle en a été sure c’est devenu un calvaire. Chaque semaine qui passait était pire que la précédente, elle rajoutait toujours quelque chose. Elle me parlait moins, a commencé à m’ignorer, plus me faire la bise, me demander de dormir dans une autre chambre. J’encaissais, j’étais patient 99% du temps, tentait de la rassurer, j’allais à gauche elle me disait non, j’allais à droite elle me disait non. C’en est venu au point qu’elle me dise il y a quelques jours qu’elle voulait qu’on se sépare, elle a, en plus, pris ma « patience » pour de la mollesse extrême. Elle ne me supporte absolument plus, limite je suis responsable du mauvais temps (même si j’ai mes torts bien évidemment, je ne le nie pas).

    Je suppose que c’est dur pour vous, les filles, mais des fois pour nous c’est très dur aussi. Dur de savoir où se trouve le vrai dans tout ce flot d’idées noires, d’insultes, de crises, savoir se comporter justement, être présent sans peser, libre sans donne l’impression d’abandonner. A presque 40 piges j’en suis à la craindre, craindre ce courroux dont vous parlez. Parce que tous les jours c’est quand beaucoup à supporter ! 🙂

    • Moi même says:

      Bonjour à tous,
      Je sais pas si cela m’a rassure mais je suis un peu dans le même cas.
      Ma femme boude et se met en colère pour rien.
      Je lui raconte quelque chose, critique, et part dans la chambre en claquant la porte et boude pendant des heures.
      Et pourtant, on peut dire que je suis vraiment cool mais ça commence à devenir pesant.
      Heureusement, que j’ai confiance en moi, car elle me rabaisse toutes les 5 minutes….

  8. dragon de komodo says:

    Vraiment pas sympa ces hormones. idem pour moi les filles, nous sommes une famille recomposée avec 3 enfants dont le plus jeune à 8 ans c’est le top. Je suis actuellement enceinte de 13 semaines et je suis en train de devenir un démon. Mon histoire là voici. Dimanche dernier sans savoir pourquoi je me lève du pied gauche , et je suis sans raison en colère contre la terre entière. vraiment contre tout le monde je défoncerai volontiers la boulangère ou la nana qui n’avance pas en voiture etc….Quand c’est comme ça, la moindre réflexion de mon homme me fait sortir de mes gonds , le petit dérapage de mon fils me fait dresser les cornes sur la tête c’est horrible. Dimanche soir j’ai giflé mon fils en pleine figure je ne l’avais jamais fait j’ai disjoncté, je me suis bien sûr excusée mais mon comportement a été inacceptable. Quelques heures après j’ai balancé une assiette par la fenêtre ( la raison de mon geste) jai proposé mon aide à mon homme pour bricoler et vu que j’avais été super sympa avec lui quelques heures avant il m’a tout simplement dit qu’il n’avait pas besoin de moi. J »ai senti la colère monter, la haine de tout j’avais des palpitations les larmes aux yeux etc alors j’ai pris ma bagnole et je me suis cassée pendant 2 heures voir le coucher de soleil sur la mer . je suis rentrée à 23h et mon homme n’a pas compris ma réaction, je l’ai extrêmement déçue, je l’ai fait flippé. J’arrive pas à gérer mes émotions , elles me submergent continuellement ,je pleure je ris si quelqu’un à des idées pour canaliser tout ça je suis preneuse car moi même je me fait peur et surtout je fais du mal autour de moi.

  9. Mimi Chell says:

    Bonjour à tous…en plein deuxième trimestre, et enceinte de mon second je suis en passe de devenir une véritable mégère pour ma fille de 12 ans qui ne comprend pas mes réactions et qui du coup se sent coupable de tout.Si je savais moi même !!!
    Mon mari, militaire, et absent depuis un mois et ne rentre que fin septembre, et la communication avec lui est difficile là où il se trouve… nous « discutons » par sms la plupart du temps…du coup tout devient source d’énervement -une réponse qui arrive trop tard à un sms « désespéré » style, je voulais faire du shopping et il pleut; ou alors que je viens de lui dire que le BB a bougé il me répond qu’il m’aime et qu’il me souhaite une bonne journée !! –
    Je sens monter la colère en moi mais je n’arrive pas à la canaliser, alors ça m’agace encore plus et je culpabilise d’écrire des méchancetés à mon Chéri qui la plupart du temps n’y est pour rien…du coup ça me rend dingue et je suis encore pire avec mon entourage …je n’arrive pas à pleurer pour extérioriser alors je cries sur ma Puce et lui reproche tout est n’importe quoi ! je m’en veux tellement…

    Alors oui je comprends les futurs pères qui ne savent pas comment gérer cette période mais en même temps on aimerait tellement être autrement…c’est invivable pour nous aussi !!!
    Il n’y a pas de solution dans l’état actuel des choses mais en attendant que les hormones passent, je me demande comment va finir ma vie de couple ? Pour le moment mon mari est à l’abris mais lorsqu’il rentrera…je sais par avance que je vais être cinglante et méchante pour lui faire payer son abandon !! C’est complètement débile comme ressentiment et pourtant je ne sais pas comment faire autrement : AU SECOURS

    • Cindy Faitladinde says:

      Ne t’en fais pas, ces émotions peuvent encore évoluer au cours de la grossesse! essaie de communiquer avec ton mari et ta fille, leur disant que c’est plus fort que toi et que tu te rends compte que ce n’est pas facile pour eux. ce que tu peux faire, c’est aller voir sur des forums de femmes enceintes qui en sont au même terme que toi, tu pourras certainement trouver des oreilles compréhensives et ainsi discuter avec des personnes qui ont le même ressenti que toi, ça peut t’aider à extérioriser totu ce que tu ressens!

  10. patoulafee says:

    Moi qui ne suis pas colérique… ce soir j’ai craqué. J’étais furax, hors de moi, les yeux m’en sortaient des orbites. Peu importe les raisons… Je n’aime pas ressentir ce que je ressens en ce moment. Je n’arrive pas à faire redescendre cette colère, un conseil?

  11. Sacha papoute says:

    Bonsoir les furies !
    Un poil soulagée à la lecture de cet article, qui nous a bien fait rire, mon compagnon et moi, je viens vous faire part de ma petite expérience.
    Lors de ma première grossesse, très courte 1mois et demi, j’avais déjà expérimenté l’irritabilité, mais là, c’est le pompon (enfin pour moi).
    Mon travail consiste notamment à écouter des personnes en difficulté, ce que je continue à faire sans difficulté. Mais à la nuit tombée (ça fait un peu science fiction), je me transforme en connasse potentielle ambulante. Car cela ne s’applique pas qu’à mes proches…comme dit par d’autres, les supermarchés sont des zones rouges pour des personnes dans notre état… Heureusement que je me raisonne en me répétant que mon corps est fragilisé par la grossesse et que je suis pacifiste, sinon j’en arriverais à envisager de frapper !!!
    Bref, grâce aux délicats signaux avancés par mon entourage et sentant ces vagues de colère monter en moi, j’ai trouvé une petite solution (car ça n’est parfois que modérément efficace, mais quand même…): le sport.
    Vélo elliptique pour ma part. Conseillé pendant la grossesse pour plein de raisons, cela permet aussi de contrer quelque peu les élans agressifs.
    Bon courage à toutes et tous.

    • Anonyme says:

      Bonsoir, j essaie d avoir un bébé, mais c est encore trop tôt pour faire un test. Depuis quelques jours je m énerve pour un rien. Pensez vous que c’est bon signe ou juste mes règles qui arrivent ? Merci pour cet article très drôle….

Laisser un commentaire

Connect with Facebook