L’avis avisé de l’enseignante sur le très populaire hand spinner

On a une chance incroyable, nous les profs : on est toujours à la page. On est les premiers au courant de toutes les nouvelles lubies de vos gamins, et Dieu sait qu’en dix ans de carrière, j’en ai vu défiler. Des baskets lumineuses so 2015 aux hideux bracelets élastiques, on a tout vu tout su avant tout le monde. On choppe ta gamine en train de se faire les ongles au blanco (dégueu) et ton fils se tatouer le prénom de sa copine sur tout l’avant-bras au fluo. On est d’ailleurs choqués de voir qu’il écrit LOLA alors qu’on l’a parfaitement vu en train de galocher Valentine la veille à l’arrêt de bus. Au courant de TOUT, je te dis.
Et, alors que toi cher parent te retrouves totalement médusé lorsque ton enfant rentre un beau soir en te demandant de lui acheter un « Endspineur » , nous enseignants en faisons déjà les frais depuis le début du mois.
Si pour une raison qui m’échappe tu es passé à côté de l’info (ce qui est un miracle car ça fait tout autant parler que la différence d’âge du couple Macron), voici un petit cours de rattrapage : Le Hand Spinner, ou Fidget Hand Spinner (quitte à entrer dans le détail, soyons précis dans les termes), est une sorte de petite toupie à placer entre les doigts et qui, grâce à un roulement à billes, est capable de tourner fort, fort longtemps. C’est d’ailleurs assez impressionnant, et c’est vrai que ça peut avoir un petit effet apaisant, hypnotisant. Voire sédatif.
Il parait qu’ils ont à la base été créés pour aider les enfants hyperactifs à se poser un peu (le terme fidget veut en effet dire gigoter), à se concentrer d’avantage en s’occupant les doigts.
Ayant lu un article sur le sujet grâce à cette formidable plateforme qui me tient au courant de tout ce qui se fait de mieux dans notre belle société (aka Facebook), j’étais fine prête à accueillir les premiers hand spinners dans mes classes et à en autoriser une utilisation expérimentale et raisonnée. Si cela pouvait aider les gamins à tenir le luc sur leur chaise 7 heures par jour sans péter les plombs après tout pourquoi pas.
34449377342_21c813b3dc_z
Voici donc en exclusivité pour toi mon premier bilan. En deux semaines seulement, j’ai observé :
  • l’effet grande nouveauté du premier spécimen tournant entre les doigts de l’élève avant-gardiste au sourire suffisant, qui attire les regards d’absolument tous les autres et les détourne donc de mon enseignement pourtant de haute qualité (I didn’t like this)
  • le hors sujet total de l’élève culotté du groupe qui me demande en plein milieu d’une correction d’exercice si je veux essayer le hand-spinner du petit malin sus-cité (la première fois j’ai dit oui. Pour toi lecteur.)
  •  le hand spinner trop spinné qui valdingue au travers de la classe
  • la compétition inopinée de spinning entre deux élèves, pour voir qui arriverait à faire tourner sa toupie le plus longtemps sur sa table (total désintérêt pour ma personne bis)
  • la recrudescence des bricolages plus traditionnels à base de ciseaux et de bouchons de stylos, car les élèves non équipés essaient de se fabriquer leur propre toupie avec… leur carte de cantine (true story. Si tu vois ton gamin rentrer avec un trou béant au milieu de sa carte tu sauras pourquoi.)
Bref, les arguments contre l’utilisation de ce petit objet en classe semblent déjà peser lourd dans la balance, don’t you think? Et je t’assure que ce n’est pas parce que l’inattention de mes élèves a mis un coup à mon égo, non : une mouche au plafond a de tout temps eu le même effet. Et je ne te parle pas du cas de l’araignée ou de l’abeille qui peut carrément te retourner une classe pendant toute l’heure.
Non, vraiment, je ne suis pas vexée par toute cette émulation, mais je t’avoue que ma patience n’est pas infinie. Et dans le cas précis du Hand Spinner, la limite fut trouvée cette semaine par l’élève acrobate qui a eu la riche idée de se la faire tourner sur le bout du nez façon Otarie du cirque Pinder alors qu’on était en train d’apprendre le fonctionnement des pronoms compléments.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

(6050)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Did you like this? Share it:

Avant de partir …

6 comments

  1. Maman Schtroumph says:

    Moi j’ai déjà une riche collection de hand spinner dans ma boîte à objets confisqués… toutes les couleurs, des tigrés, des chamarrés… Je vais peut être ouvrir un business..

  2. Jean Beylard says:

    Amusant ! Mais le prof (d’anglais, I suppose…) que vous êtes (et polyglotte, de surcroît, puisque absolument « fluent » en verlan) se devrait de ne pas négliger (pour autant) l’orthographe de cette belle langue française qui vous permet de vous exprimer avec humour (comme il sied à un(e) prof …d’anglais). Lors d’une lecture rapide, j’en relève deux : « retrouve » sans s et « eut » avec un t …Amicalement !

    • soni says:

      Belle observation. Je trouve quand même le texte bien écrit malgré ces deux coquilles. Ceci dit, nous avons la même réalité au Québec avec ces foutus handspinners-machin-truc.

  3. johnny says:

    N’avez-vous donc pas gardé votre âme d’enfant pour être aussi virulent à propos du hand spinner? C’est grave pour un prof. Mon avis: changez de boulot!!!

Laisser un commentaire

Connect with Facebook