La mise en route de l’allaitement, ce qu’il faut savoir pour éviter la dépression nerveuse.

Ca y est! Ton placenta est tout juste expulsé et on vient de te poser ta grenouille toute proprette avec son p’tit bonnet en peau à peau. Et tu l’as lu : il faut le mettre au sein au plus tôt pour sa « tétée de bienvenue ». Tu dégaines donc ton néné en toute hâte et le présente en offrande à ton héritier tout neuf, qui aura plus ou moins de mal à trouver la bonne technique. Heureusement, l’équipe médicale est là pour te guider, te montrer comment faire et te conseiller… La plupart du temps.

C’est l’heure de la soupe, bonhomme!

Laisse moi te raconter mes premiers jours à la mat, et tu vas vite comprendre l’utilité de ce billet :

Pendant ma grossesse, j’avais lu et relu des articles vantant les bienfaits du lait maternel, et j’étais vraiment déterminée à allaiter. Par contre, je ne m’étais pas attardée sur le côté technique de la chose, le processus de lactation, tout ça. Alors tu penses bien que, quand au bout de 2 jours, on m’a dit que mon bébé pleurait parce qu’elle avait faim, je n’ai pas pris la nouvelle avec sérénité. Même si je n’étais pas aussi bien renseignée qu’aujourd’hui, je savais au moins une chose : donner des compléments si tôt dans l’allaitement c’était tout à fait déconseillé car d’une : le bébé peut refuser le sein après avoir testé le bib (bien plus facile pour lui!), et de deux : moins de tétées = moins de stimulation donc un risque que le lait mette encore plus longtemps à arriver.

Environ 48h après l’accouchement, ma fille est devenue agitée, pleurait beaucoup. Je lui donnais le sein avec l’impression qu’elle ne prenait rien, redoutant la prochaine pesée : cela faisait déjà deux jours qu’elle perdait du poids. Devant ce spectacle, une puéricultrice avec qui je n’ai jamais accroché me lance alors d’un ton dédaigneux « Elle a perdu du poids, elle pleure, c’est qu’elle a faim, votre fille! ». Je te dis pas la culpabilité. Je n’en ai pas dormi de la nuit, en plus avec les hormones que tu te tapes après l’accouchement (Rachel de friends qui pleure parce qu’elle se trompe de pied en mettant ses chaussons, c’est toi), j’étais au fond du gouffre.

La tétée de la nuit arrive, je pleure en mettant ma fille au sein persuadée qu’elle allait encore faire des efforts pour ne rien y trouver pour la rassasier. La gentille puéricultrice de la nuit me demande ce qui ne va pas, et je lui explique. Elle m’a demandé si elle pouvait toucher ma poitrine et quelques secondes plus tard, un beau lait bien blanc est apparu en grosses gouttes « mais si regardez, vous avez du lait! ». Elle m’a montré comment faire monter mon lait, elle m’a montré que j’en avais, et ça a tout changé. Je savais que je pouvais le faire, que j’avais ce qu’il fallait pour nourrir ma fille.

Le lendemain, j’ai retrouvé la puéricultrice que je n’aimais pas, seulement là j’ai commencé à me rebiffer. Elle a voulu emmener ma fille pour la pesée, j’ai insisté pour aller avec elle. Quelques heures plus tard elle revient nous voir : « Ecoutez, cela ne va pas du tout, elle n’a toujours pas cassé sa courbe et a encore perdu 30 grammes (30 grammes!!!) , il va falloir songer aux compléments ».

Casser sa courbe = arrêter de perdre du poids, faire remonter sa courbe de croissance.

Elle me montre sur le carnet de santé la fameuse courbe qui descend depuis trois jours. Je la regarde de plus près, sa courbe de malheur. Et là… « Non mais attendez, ce matin à la pesée elle faisait 2k880, pas 2kg780, vous vous êtes trompée d’une ligne ». Ma fille avait donc pris 70grs depuis la veille, elle l’avait cassée, sa putain de courbe, et cette puéricultrice pouvait enfin me foutre la paix avec ses compléments.

 

Tout ça pour dire qu’au sein (!) d’une même équipe médicale, il y a du très bon (comme la puéricultrice de nuit qui m’a rassurée, expliqué pas mal de choses, montré des positions (oui, la nuit!) ) comme du moins bon… Il y a des gens qui sauront t’épauler et d’autres non, d’où l’importance de bien être renseignée sur les différentes étapes de l’allaitement pour démêler un peu le vrai du faux, savoir anticiper la suite.

Les premiers jours, pourquoi c’est la galère? Des réponses concrètes

Déjà, c’est la galère parce que tu ne sais pas comment tenir ton bébé au sein sans te luxer l’épaule. L’équipe médicale est là pour te montrer différentes positions et te demandera certainement de les appeler avant chaque tétée. Ils pourront vérifier la position de ton bébé et te conseiller diverses techniques pour allaiter (assise, couchée, en ballon de rugby et j’en passe). N’hésite pas à les solliciter pour apprendre un maximum de positions, ce n’est pas une fois à la maison que tu expérimenteras!

Pour celle-ci mieux vaut avoir un peu d’entraînement d’abord…

Au début, tes seins ne produisent pas encore du lait mais du colostrum : c’est un liquide jaune et visqueux, très riche en nutriments ainsi qu’en anticorps (pour renforcer ses petites défenses immunitaires), qui va nourrir ton bébé les 2 / 3 premiers jours avant la montée de lait. Tu n’en produiras pas beaucoup, mais en quantité suffisante pour l’estomac de ton bébé qui a la taille… d’une bille! Il est donc normal qu’il prenne de toutes petites quantités. Et ces tétées là auront le bénéfice de stimuler tes seins pour que la lactation se lance.

La montée de lait : Elle arrive en général 2 à 4 jours après la naissance, ce qui peut te sembler long car pendant ce temps, ton bébé va perdre du poids (ce qui est tout à fait normal, le bébé au bib fait la même chose : il perd essentiellement de l’eau et on estime qu’une perte équivalent à 10% du poids de naissance est normale.) et parfois on te fera culpabiliser en te disant que tu « affames » ton enfant, qu’il n’a toujours pas « cassé sa courbe » et qu’il va falloir songer aux compléments… Attention, il peut tout de même y avoir un risque de déshydratation, donc il ne faut pas discréditer ce que te dira l’équipe médicale, mais si au bout de 3 jours ton bébé n’a pas repris du poids, cela ne veut pas dire que ton allaitement est fichu!

Ton bébé : Les premières 24 heures, il est relativement KO, ne demandera pas beaucoup à téter et préfère se remettre de l’accouchement. Par contre le 2e jour il va faire la java et beaucoup pleurer, difficile pour lui de trouver ses marques! Cela arrive à tous les bébés, au bib ou au sein, et il ne faut pas interpréter cela comme de la faim. Bien évidemment moi je n’en savais rien et c’est pour cela que j’ai tant culpabilisé face à ma fille en pleurs.

Le papa : il a un rôle essentiel, préviens-le à l’avance qu’il va falloir qu’il assure pour te remonter le moral et pour te protéger au maximum (parce que tu verras, les hormones après l’accouchement elles sont violentes).

Visualise la scène : c’est le 2e jour, tu as ton bébé qui hurle, tu essaies de le mettre au sein, maladroitement, il le recrache parce qu’il est énervé, tu te dis qu’il s’énerve parce que tu n’as toujours pas de lait (alors que ce n’est pas ça!) tes crevasses commencent à te faire un mal de chien… Et par là dessus arrive un flot constant de visites. Quand tu viens d’accoucher, tu n’as pas la lucidité pour leur dire de bien vouloir sortir pendant la tétée et tu as souvent un tonton pataud qui va se planter devant toi pour assister à cette scène déjà bien assez stressante, ou un cousin qui fait péter le bouton de champ’ alors que tu es à deux doigts de la dépression nerveuse. Parfois, le personnel hospitalier vient leur dire gentiment mais fermement de dégager, mais c’est aussi à mon avis le rôle du papa. Parlez-en avant l’accouchement, lui ne sera pas shooté aux hormones et ne verra pas la venue d’invités chargés de cadeaux du même oeil que toi.

Le lait est là, alléluia!

Une fois que la montée de lait sera faite, tout va rentrer dans l’ordre niveau bébé, parce que ses tétées vont littéralement l’assommer. Il aura fait un tel effort pour se remplir la panse qu’il va tomber de fatigue, il aura les membres tout mous comme une poupée, une petite moustache de lait au dessus de ses lèvres sur lesquelles se dessinent un petit sourire de satisfaction. Tu pourras le prendre contre toi pour qu’il digère et fasse son petit rototo, puis le reposer dans son petit lit ou le mettre dans les bras du papa, qui sera ravie de cajoler sa petite marmotte. Alors crois moi, ça vaut le coup de l’attendre, cette montée de lait!

Je le redis : alléluia!

(Après je te cache pas qu’entre engorgements et fuites de lait il y aura encore bien à faire, mais ton bébé au moins il est content, lui!)

Si tu veux te renseigner davantage, je te conseille de lire voire d’imprimer cette fiche rédigée par un médecin sur les premiers jours à la maternité, et de la glisser dans ta valise. Je te conseille aussi ce petit livre au prix très abordable de 4.70€ que je me suis acheté quand ma fille avait 2 mois : il se lit très vite et j’ai regretté de ne pas l’avoir lu avant, il m’aurait évité bien des galères!

(22292)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Did you like this? Share it:

Avant de partir …

43 comments

  1. biloute71 says:

    Tu as aussi la troisième nuit où ton bébé pleure toute la nuit, non pas parce qu’il a faim mais parce qu’il vient de prendre conscience qu’il n’était plus dans ton ventre. Tu le cales dans ton lit (tu remontes la barrière et tu mets le coussin d’allaitement entre lui et la barrière, ou alors tu tournes le lit pour le mettre contre le mur)et tu le calines toute la nuit: je l’ai fait avec les deux: c’est trop bien et en plus cette nuit là, la mise au sein est super simple, tu dégaines et surtout tu ne bouges pas!!!

    • Maman Dinde says:

      Ah mais moi c’est justement en journée qu’elle m’avait fait le coup, les nuits se sont bien passées! Peut-être que ça a un rapport avec l’heure de naissance?

  2. Melanie says:

    oh oui les puer qui disent « vous n’avez pas de lait, votre bébé perd trop de poids, vous ne pourrez pas allaiter » c’est vraiment pas encourageant !! J’ai eu de la chance celle qui m’a dit ça c’était pour mon deuxième accouchement donc je savais déjà que chez moi la montée de lait se fait à 4 jours et que je peux allaiter longtemps ensuite… Mais ça aurait été mon premier bébé je me serais peut être dis que je faisais partie des mamans qui n’ont pas de lait ??
    Et oui tous les bébés perdent du poids, mes deux filles ont perdu plus de 10% (gros bébés à la naissance) et je culpabilisais jusqu’au jour où j’ai comparé leurs courbes avec le bébé d’une copine : né au même poids que les miennes, nourri au biberon et pourtant il a perdu plus que mes filles les premiers jours !

    • Maman Dinde says:

      Je pense en effet que pour un 2e tu sais à quoi t’en tenir, en tout cas moi j’y vais tout à fait confiante en mes capacités, et la première qui me fera une remarque de travers… je ne compte pas me laisser faire!

  3. lylyy4 says:

    Ah, je me retrouve totalement dans ton article !

    L’équipe médicale avec les gentilles et méchantes sages-femmes ! Je me souviens particulièrement d’une sage-femme que j’avais appelée la nuit parce que mon petit bonhomme n’arrivait pas à prendre mon sein, une horreur ! Elle m’avait fait culpabiliser à mort en me disant que je n’anticipais pas et que du coup il mourait de faim. Au final, elle avait tout faux, il ne savait tout simplement pas têter. Il lui a fallu du temps pour apprendre.
    D’où l’importance de prendre des adresses de conseillères en lactation pour le retour à la maison !
    Tu décris bien l’état dans lequel on peut être après avoir accouché, c’est tout à fait ça ! Du coup, pour le 2e, j’ai limité les visites.

    • Maman Dinde says:

      je crois en effet qu’il faudra aussi que je fasse un article sur notre état d’esprit après l’accouchement, et comment se préserver. Parce qu’entre les hormones, l’invasion du personnel soignant le matin et de la famille l’aprem (qui reste l’aprem entier!!!) il y a de quoi péter les plombs! et personne ne respecte les horaires, nous c’était censé être 15-19 (ce qui est déjà bien), j’avais constamment du monde de 12 à 20h30, alors qu’on a tellement besoin de se retrouver seuls, à trois… Là, je pense qu’avec la 1re ce besoin doit être encore plus fort!

  4. minutedefille says:

    Super ton article !!! Il décrit tellement la vérité ! Avoir confiance en soi, en nos capacités est essentiel, ne pas se laisser influencer par les membres de l’équipe médicale, car ils peuvent être soit nos meilleurs amis comme l’inverse. Le décompte a commencé avant l’arrivé du 2ème, ton article tombe donc à pic pour moi !
    Je suis convaincue aussi que clairement je limiterai plus les visites, etc. afin d’être totalement zen pour gérer à la fois l’allaitement et bébé, mais aussi l’ainée qui demandera de l’attention aussi ! Et ceux qui seront peut-être choqués n’ont qu’à passer leur chemin ! C’est une question vitale en ces périodes où les hormones sont capables de nous faire faire n’importe quoi ! 😉

    • Maman Dinde says:

      Cette fois avec le recul, je pense qu’on saura mieux gérer la situation et dire avec tact aux gens quand ça nous arrange qu’ils viennent!

  5. Legrand Geneviève says:

    Ha! Ha! C’est tellement vrai!
    Ca allait pas trop mal, mais j’avais aussi une méchante puer’ le jour… au bout du 4e jour, elle me prenait pour une nunuche à chaque fois que je posais des questions cons (sauf que y’a pas de questions cons quand on vient d’accoucher pour la première fois!!!!!!!, avec les hormones en feu je lui ai crié dessus devant toutes les mères de la pouponnerie « mais je suis sa mère, merde arrêtez de me prendre pour une conne ». Ben elle a été tout de suite plus gentille. Elle et son air hautain, je la déteste toujours… 😀

      • Maman Dinde says:

        J’ai eu la même chose que toi, je me suis fait prendre pour une parano car ils lavaient les bébés au Mustela avec paraben à l’époque et je lui avais aussi parlé du Bisphénol A, elle m’avait dit « non mais il faut arrêter de croire tout ce que vous lisez! ». Résultat, quelques mois plus tard tous les produits bébés étaient sans paraben et le BPA interdit pour les bibs!

  6. Raphsel95 says:

    tout d’abord, l’auxiliaire que je suis regrette une fois de plus qu’on nous confonde avec des puer…. snif snif snif: c’est NOUS en première ligne pour les conseils des mamans.
    et je confirme les gentilles et les méchantes !!! Je suis tombée sur des méchantes « collègues » la nuit: enfin quand je dis « collègues », j’ai honte pour certaines…

    NB: certes, le bib est à éviter, mais un bib ne tuera pas forcément un allaitement : Choupougnou, 3 ans 1/2, a eu un bib la fameuse 2eme nuit, et s’en ai suivi 5 mois d’allaitement !!!!

    Un super bravo pour la fiche médicale, à mettre entre toutes les mains, devrait être placardée dans toutes les chambres de toutes les maternités !!! La professionnelle que je suis vient de comprendre 3 ans 1/2 plus tard pourquoi j’ai tant morflé cette fameuse 2eme nuit : révélation !!!!

    • Maman Dinde says:

      Alors la nuit c’était une auxiliaire je suis sûre, la journée par contre je n’en sais plus rien… Il n’y a que vous qui tournez ou parfois des puéricultrices aussi? En tout cas, mille excuses pour la confusion!
      Et sinon ça me rassure que toi aussi tu dises que certaines sont garces!
      Et je suis aussi super contente de cette fiche, elle résume tout à fait tout ce qu’il faut savoir pour se rassurer pendant le séjour à la mat!

      • Raphsel95 says:

        dans la majorité des maternités, ce sont les auxiliaires qui sont auprès des mamans pour les conseils bains, tétées… Les puericultrices s’occupent des prises de sang, photothérapie + paperasse et sont (malheureusement pour elles) beaucoup moins auprès des mamans. En tout cas, chez nous, elles ont peu de temps pour les mamans.

        • Maman Dinde says:

          Alors là elle était habillée en rose, si ça fait une différence! Mais pour ce bébé je penserai bien à regarder si elles ont un badge ou quelque chose du genre!

  7. Sandra SB says:

    Tout est vrai ! Mais j’ai eu de la chance mes 2 n’ont perdu du poids que Le 1er jour et après zouuu c’etait parti ! Ma fille qui faisait 2,380 kg est meme sortie de la mater 5 jours plus tard a 2,450 kg ! Par contre je n’ai eu que des soignants sympas, pas envahissants ( parce que moi je suis pudique, et je voulais faire ma tambouille tranquillement 😉 ), par contre je n’ai jamais vécu les cris et pleurs la nuit … J’etais decalquee parce qu’ils tetaient mais au sein ils etaient zeeeen !!!
    Super article ! Si ca peut permettre a des mamans de ne pas se decourager tout de suite … C’est tellement magique comme relation avec bébé …

    • Maman Dinde says:

      En effet t’as eu du bol! En plus vu que c’était un petit poids peut-être qu’ils t’auraient encore plus facilement emmerdée…
      La mienne a uniquement pleuré la journée, la nuit elle était zen et heureusement car j’étais déjà tellement fragile que je ne sais pas si j’aurais tenu le coup…

  8. nane says:

    j’ai aussi rencontré des méchantes et des gentilles : puer ou pas!

    l’allaitement, c’est difficile et parfois, c’est l’échec et dans cet échec, on tombe sur des gentilles et des méchantes.

    Merci à celles qui m’ont écoutée sans me culpabiliser, aider dans les moments difficiles!

  9. Supamam says:

    c’est très bien raconté ! Ici montée de lait H+48, j’ai aussi eu droit à la puer de la journée juste horrible avec ses vieilles manières et celle de la nuit douce, posée et surtout à l’écoute ! C’est aussi grâce à elle que supabb a pris le sein la première fois 🙂

  10. Papillon says:

    Moi j’ai déjà prévenu l’homme et mon père !!!
    les 2 sont chargés de faire les vigiles devant la chambre si nécessaire !
    En effet, il vaut mieux prévoir !
    Et c’est vrai que les remarques du personnel sont très importantes : elles peuvent t’apporter plein d’astuces comme te saper le moral d’un coup : donc on le répête, l’important est de se faire confiance !
    D’ailleurs je me souviens avoir refusé que l’on donne le 1er bain à ma fille la nuit :
    1) papa n’était pas là
    2) pourquoi la réveiller ?!!!
    Et je n’ai pas regretter d’avoir tenu tête, non mais !

  11. Amélie Epicétout says:

    J’aurai aimé lire ça avant mon séjour à la maternité… à quand une harmonisation des conseils et de la conduite à tenir par les sage femmes et les puer à la maternité. C’est vraiment déroutant d’avoir des avis aussi divergents, ils ne se rendent pas compte à quel point ça nous fait culpabiliser. Super article!

    • Maman Dinde says:

      J’avais aussi des avis divergents des auxiliaires et des SF au cours de la même heure. Du genre :

      12h30, tétée…
      13h, SF : elle a encore faim, remettez là un petit coup au sein
      13h10, auxiliaire : MAIS QU’EST CE QU’ELLE FAIT ENCORE AU SEIN CETTE GAMINE?

      A n’y rien comprendre, je vous dit!

  12. Julie says:

    Bonjour, cela fait un moment que je te lis, et là je me lance, je commente!Ton article est vraiment très bien, réaliste et de bon conseil! J’ai vécu la même chose il y a bientôt 3 ans, avec aussi une méchante dame la journée et une gentille la nuit ;-). On m’a forcé à donner le fameux mini-biberon qui sent tellement bizarre qu’il donne la nausée… ensuite j’ai dit non. Il faut dire que étonnament même avec une montée de lait tardive (quasi 5 jours) BB a très vite repris du poids. Je ne sais pas trop comment cela est possible d’ailleurs! Contrairement à toi, nous n’avons eu aucune visite (grippe A) et c’était quand même un peu dur, notamment pour les grand-mères qui n’ont pu apercevoir leur petit-fils que 5 jours après! Plus globalement je garde un tellement mauvais souvenir de ce séjour à la mater (jusqu’à l’accouchement c’était bien), même s’il est certain que j’y ai reçu de précieux conseils (mais contradictoires..); que pour n°2 prévu pour mars, si nos santés le permettent, j’espère me tirer le plus vite possible!

    • Maman Dinde says:

      Merci Julie de me lire, et de me laisser un petit commentaire, ça me fait toujours très plaisir! C’est sûr que de n’avoir aucune visite, on doit trouver le temps long, surtout qu’on a quand même envie de le présenter à nos proches, ce merveilleux bébé! Par contre quand on a trop de visites ou des visites indésirables là c’est l’enfer (Défilé de 15 personnes le samedi, parfois à 10 dans la chambre, tonton qui débarque à 20h et qui n’est jamais revenu nous voir depuis…)

  13. Umm Zakariyyâ says:

    Ah les débuts de l’allaitement, que de souvenirs ! J’ai eu le droit à la puer désagréable, qui fait tout pour te décourager, limite on dirait qu’elle est payée pour ça.
    Elle m’avait sorti que j’avais les tétons ombiliqués et que je ne pourrais jamais allaité, je devais me faire une raison : résultat un allaitement exclusif durant 10 mois et ensuite allaitement partiel jusqu’au 14 éme mois de bébé … donc ne jamais écouter ce genre de conseillère qui raconte tout et n’importe quoi. C’est dommage comme tu dis, il y a des puer et sf très bonne conseillère, par contre d’autre c’est de vraies plaies ))

    • Maman Dinde says:

      Eh bien une belle fierté, bravo! Et si tu en as un 2e et que tu retombes sur la même, tu sauras bien comment la prendre 😀

  14. Socyr says:

    Bonjour je te lis depuis quelques temps et je me lance pour mon 1er commentaire. J’attend ma 1er pour Noël et tous ces conseils vont m’être précieux ! J’ai la chance d’accoucher dans une maternité qui porte le label « ami des bébés » où l’allaitement est privilégié et les mamans. bien aidées pour la réussir. J’ai eu la grande « chance » de déjà faire un petit séjour à la mater et tous les personnels rencontrés étaient adorables.
    Je trermine juste sur un grand bravo pour le blog qui me fait selon les jours rire ou m’apporte plein d’infos.

    • Maman Dinde says:

      Merci beaucoup de me lire, et de me poster un p’tit commentaire pour me le dire 🙂
      Eh bien je vois qu’on va avoir des bébés en même temps, dis donc! Espérons quand même qu’on accouche un peu avant, histoire qu’ils aient pas leur anniversaire trop proche de celui du p’tit Jésus…
      Surtout tu me diras si tu as été contente de cette maternité, je ne connais personne qui ait été dans une mat « ami des bébés! »!

      • Socyr says:

        Pour l’instant je suis contente de ma mater même si ma grossesse est un peu difficile. Je ne sais pas si c’est spécifique au label ami des bébés mais lors de mon hospitalisation pour menace d’accouchement prématuré une pédiatre puis une sage femme sont venue me parler de l’allaitement et de la façon de le mettre en place si je devais accoucher. Heuresement la puce est restée bien au chaud pour l’instant.

        • Maman Dinde says:

          C’est vrai qu’il y a des solutions aussi pour les bébés prémas, c’est chouette qu’ils t’en aient informée.
          Fais bien attention à toi en tout cas, et je te souhaite une belle fin de grossesse!

  15. Marine says:

    Moi ce sont les bouts de seins en silicone qui ont sauvé mon allaitement. Misstinguette était nourrie à la seringue (néonat) et ne parvenait pas à prendre le sein. Alléluia, après 2 jours d’essais infructueux et un bébé très très en colère, une puéricultrice m’a donné une teterelle. Et en plus, ça protège des crevasses!

    • Maman Dinde says:

      Et si je me souviens bien tu as allaité super longtemps (peut-être même encore?)
      En tout cas bravo pour la persévérance! Pour tes bouts de seins tu les a gardés longtemps ou après elle a su prendre sans?

  16. kandygirl says:

    Que tout cela me rappelle des souvenirs…
    Moi qui croyais naïvement que l’allaitement était un processus qui se mettait en place le plus facilement et naturellement du monde !
    Au début j’ai bien galéré (perte de poids de mon zouzou puis crevasses etc…) et j’ai même failli abandonner.
    ça a fini par se dérouler correctement et j’ai allaité 6 mois et demi.
    Mais si c’était à refaire, je passerais beaucoup plus de temps à me renseigner sur l’allaitement avant de me retrouver en galère (et souvent sans réponses adéquates de la part du personnel médical effectivement).
    Une amie m’a ensuite parlée de la Leche League qui l’avait beaucoup aidée dans ses questionnements, un bon truc à connaître.

  17. Loulou says:

    Il y a eu dix ans dimanche dernier, je vivais un cauchemard d’avoir voulu allaiter mon bébé (mon grand maintenant lol !)
    pas bien conseillée, un bébé qui tétait mal malgré le bout de sein en silicone, douleurs affreuses pour moi, et bien entendu on t’incitait à continuer pour finalement te dire avant la sortie que j’avais la poitrine trop sensible et me laisser retourner comme ça chez moi. Déprime, douleurs pour arrêter l’allaitement. Vraiment je n’imaginais pas ça moi qui était fière de dire que j’allais allaiter mon bébé.
    merci pour cet article vraiment intéressant qui m’aurait été bien utile à l’époque 😉

    • Maman Dinde says:

      C’est vraiment dommage un allaitement ainsi gâché quand la maman est si motivée. On prône les bienfaits de l’allaitement, mais pas grand chose est fait pour aider les mamans au final!

  18. Marine says:

    J’ai allaité 10 mois mais toujours avec les bouts de seins. La miss n’a jamais voulu prendre le sein sans. Peu importe, ça marchait très bien comme ça quand même 🙂

  19. Lucile says:

    Pourquoi n’ai-je pas lu ton article plus tôt??
    Mon allaitement a été une catastrophe. J’ai eu des crevasses atroces, je redoutais chaque tétées, je pleurais en donnant le sein etc…
    J’ai tenu 1 semaine au sein puis j’ai capitulé au profit du tire lait pendant 1 mois et demi, puis j’ai redonné le sein 2 semaines. Parcours atypique n’est-ce pas??

    Pour le bébé qui pleure, qui pleure, j’ai vécu cette culpabilité. Il a faim, je ne suis pas capable de le nourrir, donc il pleure. C’était atroce. Je ne garde pas un bon souvenir de mon séjour à la maternité qui a duré… 7 jours!! A cause de mes crevasses, une puéricultrice que je n’aimais pas non plus ( serait-ce la même?!) m’a fait vivre l’enfer. L’enfer des pesées, l’enfer de la culpabilité. L’enfer du ton méprisant dépourvu d’empathie. Bref, je ne la porte pas dans mon coeur!!

    J’ai également eu 15 sons de cloche différents pendant mon séjour. Certaines me disaient d’enlever Bébé du sein après 15 minutes, d’autres de le laisser autant qu’il le veut.. Je me suis sentie perdue. J’avais des bribes d’infos pré-accouchement mais rien de solide. Je regrette et j’aurais aimé réussir!

    Je veux réessayer pour bébé 2, mon homme ne veut déjà pas. Il m’a vu tellement souffrir qu’il a peur que ça recommence. Moi aussi j’ai peur. Mais je rêve d’allaiter les 6 premiers mois de bébé!! Bon bébé 2 n’est pas en route et ne le sera pas de si tôt mais quand même, j’y pense!

  20. fernandes says:

    bonjour,
    mon vécu à la maternité ne fut pas magique non plus et moi aussi j’ai eu une puer pas très sympas… j’avais prévenu mon entourage que je ne voulais pas de visite donc mis à part ma sœur, mes parents et une amie, je n’ai vu personnes donc je n’étais pas dérangé par les visites!! la mise au sein c’est très bien passé mais ma fille hurlé et régurgité énormément, elle n’avait jamais le sourire de fin de téter, grimacé tout le temps… je disais celà aux puer ou sage femme mais pour elles tous étaient normal! la deuxieme nuit, sachant que je n’avais pas dormis depuis 48h une sage femme est venue prendre ma fille qui hurlait pour que je me repose, mais après 20min elles me l’on ramené parce qu’elle n’arrivait pas à la calmer. du coup elles m’ont dit de la remettre au sein et qu’après elle irait mieux! après sa tété rebelote!!! en pire!!! du coup elle me l’on reprise mais je n’ai pas pu me reposer parce que je l’entendais hurler!!! au final je suis sorti de la mat et les premières semaine se fut pareil, mais je persistais au sein. Totalement épuisé, une sage femme qui venait me voir régulièrement à la maison m’a dit de prendre un tire lait pour que je puisse passé la main à mon homme et me reposer un peu!!! J’ai donc mis le tire lait durant 3 jours, entre les tétés, donc quasi 24h sur 24 et un matin, la sage femme est venue, j’étais avec le tire lait depuis 1h et je lui ai dit : « j’en peux plus, c’est trop long »!! pour avoir 10ml de lait il me fallait 2h non stop!!Et là elle m’a dit qu’il y avait effectivement un problème. du coup j’ai arrêté l’allaitement au bout de 15jours mais quelques jours plus tard, ayant arrêté brutalement j’ai fait une méga infection, 40 de fièvre…bref, je ne sais pas pourquoi, parce que au départ ma fille ne perdait pas de poids, mais au final, à ses 4 mois, après avoir vu 3 médecins me disant que ma fille allait très bien, je suis allait voir un pédiatre qui m’a dit qu’elle faisait un très fort rgo, elle avait une œsophagite… D’où les grimaces, d’où les régurgitations, d’où les hurlements, d’où les nuits inexistante et les siestes uniquement 20min le matin et 20min l’aprème!!! Bref je n’étais pas folle, je savais que ma fille n’allait pas bien, comme je savais à la mat que mon épisio me faisait étrangement souffrir et que je n’étais pas juste douillette ou folle puisque grâce à la nouvelle puer qui est passé pour la visite avant ma sortie à qui j’ai dit que j’étais surement noté en rouge dans leurs dossier comme « folle de l’episio » je voulait qu’elle regarde!!! au final, effectivement, la personne qui m’avait recousu avait oublié de me retirer les compresses, soit l’équivalent d’un bébé en compresse que j’ai racouché avant de sortir!!! sans elle je serai rentré avec çà chez moi et aurait surement fait une belle infection!!!! bref tout celà pour dire « croyez en vous!!!en votre intuition, en vos ressentie!!!! » oui vous êtes fatiguée, normal, oui un bébé pleure, normal, mais croyez en vous si vous ne trouvait pas cela si normal!!!! et si quelqu’un peu m’expliquer pourquoi mon allaitement c’est passé comme cela dites le moi!!!merci!!!

Laisser un commentaire

Connect with Facebook