La jovialité matinale des derniers jours de juin.

Les matins d’école (et de boulot) ont toujours été passablement lourdingues, avec des petits dej’ à expédier, des lardons à secouer, mille couches de fringues à enfiler, des cils à mascarer et tout le tsoin tsoin. La liste est longue, mais je pense que c’est la même chose chez toi, alors bon, tu sais.

Parfois il y a des mieux. Parfois il y a des bas. Et parfois il y a des très, très bas.

C’est le cas chez moi en ce moment.

La fin de l’année est… dure, chez nous. Il faut dire que des lardons fatigués (et donc survoltés) et des parents fatigués (et donc au radar), ce n’est généralement pas la recette du succès. Et quand on sait qu’alors que je n’arrive pas à m’extirper de sous la couette, eux sont déjà en train de danser le Gangnam Style à la cuisine, forcément, ça démarre mal.

Encouragés par leur père qui, pour mon grand malheur, est lui aussi matinal, ils ont pris le pli de me chanter « ah ah tiens voilà quelqu’un… petit ours brun! » quand ils me voient émerger de ma tanière en biglant, le cheveu totalement hors de contrôle. Je vous le concède : j’arrive à voir la ressemblance.

p762376156-4

Chez l’enfant fatigué, un phénomène très étrange se produit : au lieu de fonctionner lui aussi au ralenti, il va partir dans tous les sens et s’éparpiller en une foultitude de petites conneries fort agaçantes. En gros : il va user d’ingéniosité pour te faire péter les plombs.

Genre râper son biscuit sur le bord de la table pour faire de la neige, insister pour manger son petit dej accroupi sur la chaise, et donc se casser la gueule puis spasmer de douleur et te recrachant des céréales pré-mâchées dans ton bol. Laissez moi vous dire que face à tant d’ébranlements inutiles de grand matin, j’ai bien du mal à compatir.

Et surtout, tout le repas durant, il ne va pas se la coincer une seconde. Et te chanter les mêmes chansons en boucle pendant une heure, des semaines durant. Et si tu as de la super chance, il va également inventer une parodie de la dite chanson à base de pipi caca pue des fesses et compagnie.

Le fait que l’Homme ricane à ces élans poétiques n’aide en rien.

Mais le pire est à venir. Le pire vient au moment où tu laisses le lardon gérer son propre habillage pendant que tu te fardes la paupière.

Il va commencer par venir sauter sur ton lit le zgeg au vent, se faire un string avec son slip Spiderman enfilé par le trou de la cuisse, enfiler son T-shirt de travers façon cagoule et rester coincé dedans, les 2 bars en l’air et l’air parfaitement niais.

Il y a deux mois, il s’habillait parfaitement seul. Aujourd’hui, j’ai l’impression de lui demander d’envoyer un satellite en orbite.

(C’est lui que j’ai bien envie d’envoyer en orbite)

Goat-Jumping-on-Bed

Voilà, c’est ça.

Et ne parlons pas des godasses. Je suis presque contente de cette pluie incessante qui nous donne au moins la bonne excuse de mettre les bottes de pluie. Ca m’évite de le voir enfiler son pied mou tout désarticulé dans la mauvaise basket en regardant le plafond et en déclarant que de toutes façons, c’est trop dur (satellite en orbite bis).

Et ne croyez pas que j’exagère, parce qu’ils montent crescendo dans la créativité.

Ce matin même, alors que j’enfilais mon collant avec grâce et souplesse, ce petit salopard avait décidé de se servir un verre de jus d’orange. A la salle de bain. Dans son verre à dent. De manière tout à fait branlante.

Autant vous dire qu’essuyer du jus d’orange sous le meuble de ma salle de bain en collant ne faisait pas partie de mon programme du matin. Et autant vous dire qu’y trouver une mèche de cheveux suspecte n’a rien fait pour arranger mon humeur de petit ours brun.

Parce qu’attendez, oui, il y a pire : le Niminus a tout bonnement décidé de se relooker la chevelure en se faisant un petit dégradé maison.

Vivement demain matin, quoi.

Enregistrer

(1381)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Did you like this? Share it:

Avant de partir …

5 comments

  1. Marie says:

    Je suis pliée de rire, vraiment c’est surprenant d’ailleurs parce le matin quand tout cela se passe dans ma propre maison, je ne trouve pas ça drôle ! Tiens bon … Plus guère !

  2. Villemagne says:

    Ça m’a bien fait rire !!! C’est vrai que certains matins on regrette le temps où on était seul au ptit dej’ avec son bol de café.

  3. Luly says:

    J’ai le cabri sur le lit (et ailleurs), j’ai !
    Et son frapadingue de frère d’1 an pousse des cris pour l’encourager. TOUS les soirs.
    Je penserai à toi, demain matin, Petit ours brun (pour la rime).

Laisser un commentaire

Connect with Facebook