Honte à la réunion de rentrée.

Donc vendredi soir, c’était la réunion de rentrée. L’énième réunion de rentrée, je devrais dire. Ma sixième à la maternelle. Autant te dire que le petit train des anniversaires et le yoga-tortue n’ont plus bien des secrets pour moi, mais j’ai toujours peur que la maîtresse me fasse les gros yeux le lendemain si je zappe la réunion.

Donc j’y suis allée. Et je suis arrivée en retard. La maîtresse n’a pas froncé les sourcils, ce n’est pas son genre, mais elle m’a installée tout devant. Sur une micro chaise de nain, bien entendu.

IMG_5530

Bref. La réunion commence, ça parle salle de motricité et chaussons qui tiennent bien aux pieds. Les sujets phares reviennent bien vite sur le tapis.

Est-ce que les enfants peuvent fêter leur anniversaire à l’école?

Oui, mais j’aimerais mieux que ce soit le vendredi.

Et pour le gâteau, vous préférez ceux du commerce ou fait maison?

Comme vous voulez, mais privilégiez toujours la qualité à la quantité.

(Et malgré tout, le lardon revient sans cesse avec des paquets de bonbons des anniversaires des petits copains à l’école. Bref. Ceci est un autre débat.)

En vient le sujet préféré des parents de maternelle : les chiottes.

Ont-ils accès aux toilettes quand ils veulent?

Mon fils ne sais pas encore trop s’essuyer seul, est-ce que l’ATSEM peut l’aider?

Faut-il prévoir un change en cas d’accident?

IMG_5512

La maîtresse répond scrupuleusement à toutes les interrogations des parents. Puis soudain, elle décide de se lancer dans la narration d’une petite anecdote.

Ce matin, pendant la récréation, j’en voyais un collé contre le grillage. Je me suis dit « non… il est quand même pas en train de… »
Alors je me suis approchée, eh bien si! Il était en train de faire pipi dans l’herbe à travers le grillage!

Rires hilares de l’assemblée des parents, moi y compris, évidemment.

Forte du succès de son monologue comique, la maîtresse renchérit : Ah, il était méthodique! Il avait bien enlevé ses bretelles et baissé son pantalon et hop!

Je ris à gorge déployée de concert avec tous les autres adultes. La maîtresse, soulevée par la foule en liesse, poursuit : Et quand je lui ai demandé pourquoi il n’était pas allé aux toilettes, il m’a répondu « Bah! Sinon je n’avais pas le temps de jouer! »

A ce stade tout le monde rit à se taper la cuisse. Quand soudain, toujours sur le même ton réjoui, la maîtresse me regarde et me lance en riant : c’était le vôtre!

Et là, j’ai ri, encore, mais un peu jaune. En y repensant, j’aurais pu voir le coup venir quand elle a parlé des bretelles (le lardon souffre du syndrome du sourire du plombier et a la raie à l’air en permanence. Les bretelles sont l’unique solution). Ce que j’ai beaucoup plus de mal à comprendre par contre, c’est pourquoi ce petit fumier qui refuse de pisser dans la mer a cru pertinent d’arroser le talus depuis la cour de l’école?

IMG_5541

Je vous avais demandé ce weekend sur ma page facebook d’imaginer ce que le lardon avait bien pu faire pour me mettre la honte à la réunion de rentrée, et vous n’étiez pas très loin du vrai. Vous m’avez parlé de caca à aller torcher ou de pets foireux. Il faut croire que les histoires de chiottes, c’est vraiment son truc!

*** EDIT***

Je tiens juste à préciser (au cas où cela aurait été mal compris) que la réunion s’est passée dans une ambiance très relax et bon enfant et que la maîtresse a raconté cela sur le ton de l’anecdote. Et je n’ai pas du tout mal pris le fait qu’elle l’ait fait, ou même qu’elle ait dit de qui il s’agissait. Si j’ai été gênée, c’est plus par le fait que mon fils ait fait pipi dans la cour que par la narration des faits qui avait pour but unique de nous faire rire des idées parfois saugrenues de nos enfants.

Enregistrer

Enregistrer

(4331)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Did you like this? Share it:

Avant de partir …

3 comments

  1. cruche says:

    Gnome1 à fait ça aussi: arroser le buisson dans la cour avec ses potes. Il avait 4 ans. Il y a 6 ans!! J ai ri intérieurement quand la maîtresse nous a convoqués. Elle non

  2. Missbrownie says:

    Hahaha j’adore
    Mon frère racontait aux infirmières scolaires qu’il ne se lavait que quand on avait des invités et qu’il avait déjà fumé. Son instit à l’époque, c’était ma mère

Laisser un commentaire

Connect with Facebook