5h27

Je me suis encore endormie sur le bifteck. Alors entendons nous, pas le morceau de bidoche, non, vous savez bien que je suis végétarienne. Je veux dire que je me suis encore endormie en lisant. Que je me pose dans mon lit trépignant d’enthousiasme à l’idée de retrouver mon bouquin du moment, que je lis 3 pages et que je me réveille en sursaut 10, 20, 30 minutes plus tard avec la lumière allumée, le livre par terre et la flaque de bave sur l’oreiller.

Ca m’arrive tous les soirs, ces derniers temps. La faute à la rentrée, à la reprise, à ce rythme de dingue qui a provoqué la rupture brutale de la relation d’amour qu’entretenaient mes fesses avec mon canapé. Et bien entendu, le réveil est aussi rude que l’endormissement fut humide. Mais ce matin, on a quand même battu des records, puisque je me suis faite tirer du sommeil à 5h27 claquantes par des appels en détresse du lardon. Ou plutôt, par des « aïe aïe aïïe! » en provenance de l’étage. C’est la nouveauté du mois : il ne nous appelle pas directement mais pousse des cris agonisants, ce qui ne rend pas le processus plus agréable (ni moins crispant). Etant donné que l’Homme agonise depuis quelques jours ( = il a le nez qui coule), c’est moi qui m’y suis collée.

J’ai trouvé un lardon à poil sur le trône m’annonçant qu’il avait mal aux fesses. En effet, après un bref passage de PQ, j’ai pu remarquer qu’il était légèrement chiasseux. Mais cela n’expliquait pas sa nudité, et c’était bien là mon inquiétude, et pour cause : il avait bel et bien pissé au lit. J’ai pris la chose avec flegme : après tout, c’est la première fois que cela lui arrive. Et surtout, je vous avoue avoir été quelque part soulagée de n’avoir que de la pisse à nettoyer (nous les mères savons faire contre fortune bon coeur).

Je profite de l’occasion pour me féliciter de mon admirable bonne composition nocturne, sachant que les évènements de la nuits regroupaient deux choses qui me débectent : me réveiller en trombe et enfiler une housse de couette. Seulement une fois la literie au sec et le lardon recouché, je suis redescendue à 5h42. Mon réveil sonne à 6h30. Était-ce bien la peine de retourner sous les draps et de vivre un deuxième réveil déchirant? Clairement, je ne pense pas.

pilou

Mon pilou qui ne me quitte pas d’octobre à avril. Photo issue de mon second instagram dédié à la lecture

Je me suis donc collée devant un replay de Friends avec ma couverture en pilou et un bol de céréales, l’Homme toujours au bout de sa vie mais reconnaissant dans la pièce d’à coté. Mes fesses ont fêté leurs retrouvailles avec mon canapé. J’ai pu regarder deux épisodes dans le calme avant d’attaquer ma journée marathon et finalement, j’ai kiffé. Même si je me lèverais pas tous les matins à cette heure de mécréants pour profiter de 40 minutes de paix, entendons nous. Mais trêve de plaisanteries : il est déjà 21 : 03. L’heure pour moi d’aller m’endormir  sur le bifteck en comptant les jours qui nous séparent des prochaines vacances.

(866)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Did you like this? Share it:

Avant de partir …

One comment

Laisser un commentaire

Connect with Facebook